A new vision for agriculture
momagri, movement for a world agricultural organization, is a think tank chaired by Christian Pèes.
It brings together, managers from the agricultural world and important people from external perspectives,
such as health, development, strategy and defense. Its objective is to promote regulation
of agricultural markets by creating new evaluation tools, such as economic models and indicators,
and by drawing up proposals for an agricultural and international food policy.
A look at the news

Votation du 24 septembre sur la sécurité alimentaire



AgriGenève, Communiqué de Presse, 25 Septembre 2017

25 Septembre 2017

Les Suisses ont récemment voté à une large majorité (79%) un amendement à leur constitution pour y inscrire la notion de sécurité alimentaire. Nous reproduisons ci-dessous un communiqué traitant de ce sujet, publié par AgriGenève1, l’association professionnelle de l’agriculture du canton de Genève.

Ce nouvel article vise à inscrire dans la Constitution helvétique les principes de base de la sécurité alimentaire : préservation des capacités de production, protection des ressources naturelles, relations commerciales transfrontalières adaptées, bon fonctionnement des filières.

Quelles sont les implications de ce vote ? A en croire le gouvernement confédéral cette votation ne les oblige en rien à l’adoption de nouvelles lois2. Et pour preuve, la politique agricole suisse compte parmi les plus fortes au Monde avec un soutien total à l’agriculture estimé par l’OCDE à 58,2% du chiffre d’affaires agricole suisse3. Le résultat de cette votation doit donc d’avantage être vu comme la confirmation de l’orientation politique actuelle.

momagri Editorial Board



Le peuple se prononce en faveur d’une agriculture et d’un secteur agroalimentaire durables et indigènes.

La population suisse et les cantons soutiennent à une majorité écrasante l’inscription de la sécurité alimentaire dans la Constitution et, par conséquent, l’approvisionnement en denrées alimentaires en priorité par l’agriculture indigène. Le mandat donné au Conseil fédéral, au Parlement ainsi qu’à l’administration est clair : il faut mieux protéger les terres cultivables et prendre des mesures permettant aux exploitations familiales garantes d’une production durable d’en tirer un revenu suffisant. En d’autres termes, il convient de maintenir la protection douanière, d’introduire des critères de durabilité pour les importations et de renforcer la position des producteurs dans la chaîne de valeur ajoutée.

Avec un oui massif de près de 79%, le peuple suisse s’est exprimé le 24 septembre en faveur du nouvel article 104a qui inscrit la sécurité alimentaire dans la Constitution. Le très net résultat montre que les citoyens reconnaissent les défis à venir aux niveau mondial et national. De ce fait, ils entendent apporteur leur contribution aux efforts à mener pour les relever. La sécurité alimentaire n’est pas une évidence : des terres cultivables limitées et une production disposant de maigres ressources, telles que l’eau, doivent nourrir de plus en plus de personnes. S’y ajoutent des incertitudes croissantes, découlant du changement climatique qui pèsent sur la production. Afin de garantir la sécurité alimentaire, chaque pays doit veiller à une production durable et promouvoir son agriculture en conséquence. La Suisse est vraisemblablement le premier pays au monde à avoir fait ce pas. Il est temps désormais de concrétiser la volonté populaire.

AgriGenève veut contribuer à conduire l’agriculture indigène vers un avenir axé sur la durabilité et donc garantir la sécurité alimentaire de la population sur le long terme.

Texte du contre-projet mis en votation populaire le 24 septembre 2017

Art. 104a Sécurité alimentaire
En vue d’assurer l’approvisionnement de la population en denrées alimentaires, la Confédération crée les conditions qui favorisent :
a. la préservation des bases de la production agricole, notamment des terres agricoles ;
b. une production de denrées alimentaires adaptée aux conditions locales et utilisant les ressources naturelles de manière efficiente ;
c. une agriculture et un secteur agroalimentaire répondant aux exigences du marché ; d. des relations commerciales transfrontalières qui contribuent au développement durable de l’agriculture et du secteur agroalimentaire ;
e. une utilisation des denrées alimentaires qui préserve les ressources naturelles.


1 http://www.agirinfo.com/wp-content/uploads/2017/09/25092017_Agrigeneve_Securite-alimentaire-votations.pdf
2 https://www.tdg.ch/suisse/oui-securite-alimentaire/story/31593092
3 http://www.oecd.org/fr/tad/politiques-agricoles/suivi-et-evaluation.htm


Page Header
Paris, 18 December 2018