Mouvement pour une Organisation Mondiale de l'Agriculture
momagri est un think tank présidé par Pierre Pagesse,  qui rassemble des responsables du monde agricole
et des personnalités d’horizons extérieurs (santé, développement, stratégie et défense,…).
Son objectif est de promouvoir une régulation des marchés agricoles en créant de nouveaux outils d’évaluation
(modèle économique, indicateurs,…) et en formulant des propositions pour une politique
agricole et alimentaire internationale.
Tribune

Les marchés à termes restent une arme à double tranchant



Paul-Florent Montfort et Bastien Gibert,
chargé d’études et conseiller de momagri



Même si les prix des matières premières agricoles n’atteignent pas les sommets observés en 2008, les mouvements spéculatifs sur les marchés à termes agricoles connaissent un regain d’intérêt marqué. Comme l’a souligné Lionel Porte1, responsable produit chez Euronext2, plus de 3 millions de lots ont en effet été échangés sur Euronext de janvier à fin octobre 2009, soit « 14% de plus que tout le volume négocié sur 2008 ». Sur le marché à terme du blé, 7 000 lots se vendent et s’achètent en une journée, un chiffre en hausse de 34% par rapport à l’an passé ; sur le colza, l’activité a augmenté de 18%, à plus de 3 000 lots par jour. Mais c’est sur les options3 que le bond est le plus visible : en blé, par exemple, les transactions ont progressé de 180% en un an sur Euronext.

Cette effervescence est d’autant plus inquiétante que le marché des options est plus spéculatif par nature que celui, plus classique, des futures.

Si les marchés à terme apportent des liquidités et peuvent permettre aux producteurs de se prémunir contre la volatilité des prix de certaines matières premières sur les marchés agricoles, ils restent une arme à double tranchant, car ils peuvent aussi favoriser les dérives spéculatives, et la constitution de « bulles ». On a ainsi pu l’observer en 2007/2008 à la Bourse de Chicago où plus de 90% des transactions sur les marchés à terme ne s’accompagnaient pas de débouclage physique.

La récente flambée des prix agricoles a souligné le rôle actif des investisseurs à court terme comme catalyseur de la volatilité des cours. Il est donc primordial de disposer d’instruments crédibles d’évaluation de l’impact de la spéculation sur l’équilibre des marchés4, et de mesures de régulation efficaces pour se prémunir de la formation d’une « bulle agricole », dont les effets seraient au moins aussi dévastateurs que ceux de la crise financière.

1 A l’occasion des journées matières premières organisées par l’Aftaa (techniciens de l’alimentation animale), les 2 et 3 décembre à Paris
2 Le marché à terme européen des matières premières agricoles
3 Type de contrat échangé sur les marchés à terme.
4 Cf. momagri, « Première publication scientifique sur le modèle momagri », 07/12/2009

Haut de page
Paris, le samedi 1 novembre 2014