Mouvement pour une Organisation Mondiale de l'Agriculture
momagri est un think tank présidé par Christian Pèes,  qui rassemble des responsables du monde agricole
et des personnalités d’horizons extérieurs (santé, développement, stratégie et défense,…).
Son objectif est de promouvoir une régulation des marchés agricoles en créant de nouveaux outils d’évaluation
(modèle économique, indicateurs,…) et en formulant des propositions pour une politique
agricole et alimentaire internationale.
Regards sur l'actualité

Spéculation sur les matières premières :
la CFTC n’a pas dit son dernier mot !

18 Novembre 2013


Un an après avoir échoué à faire plier la cour fédérale américaine en vue d’imposer de nouvelles normes contre la spéculation excessive, voici que la CFTC, l’autorité chargée des dérivés, tente une nouvelle offensive, et approuve, le 5 novembre dernier, une nouvelle proposition en vue de limiter les positions que les traders peuvent détenir sur 28 matières premières. Environ 400 courtiers seraient concernés par ces limites de position. La CFTC relance ainsi une des dispositions les plus controversées du Dodd-Frank Act, la loi de réforme de Wall Street, adoptée en 2010.

Ce nouveau coup de force se présente à un moment crucial où la spéculation sur les matières premières, notamment agricoles, et le rôle des grandes banques américaines sont particulièrement décriés. En octobre dernier la CFTC est parvenue à rendre les échanges de produits dérivés plus transparents en imposant à JP Morgan Chase de lui verser une amende de 100 millions USD pour « conduite imprudente » dans l’affaire de la « baleine de Londres1». Par ailleurs institutions et organismes internationaux n’ont pas hésité ces derniers mois à dénoncer les dérives de la spéculation excessive sur les marchés des dérivés.

Selon les régulateurs américains cette nouvelle proposition permettrait de « prévenir la manipulation des marchés tout en assurant des liquidités suffisantes pour les investisseurs de bonne foi et tout en protégeant le processus de fixation des prix ».

Voici une nouvelle mesure qui mérite d’être saluée, car le développement de comportements spéculatifs purs déconnectés des fondamentaux économiques, physiques et stratégiques des marchés, représentent un véritable danger dans un contexte de dérégulation progressive, non maitrisée et caractérisée par une hypervolatilité des prix. La tâche des régulateurs et des décisionnaires est ainsi d’autant plus complexe que les transactions opaques sont de plus en plus nombreuses et dans leur majorité échappent à tout contrôle.

Espérons que la CFTC saura rester forte face aux pressions des lobbys et des investisseurs peu enclins à accepter un renforcement de la législation anti-spéculation. On songe notamment au CME Group, la plus importante société de bourse de contrats à termes au monde.

L’actuel président et homme fer de la CFTC, Gary Gensler, devrait quitter son poste d’ici la fin de l’année. Barack Obama a nommé à sa place Timothy Massad, un ancien du Trésor américain. Affichera-t-il la même volonté que son prédécesseur à préserver l’un des régulateurs des marchés financiers les plus actifs ? Nous ne le saurons que lors de sa prise de fonction.

En attendant, si la CFTC demeure une pierre essentielle à l’édifice, qu’en est-il de la régulation des marchés de dérivés asiatiques ou encore européens ? Finalement, Il est surtout essentiel de dépasser les initiatives locales et d’initier une réforme financière globale si l’on souhaite permettre la mise en place de marchés agricoles transparents et l’adoption d’outils de régulation efficients.


1 La « baleine » doit son surnom à des positions énormes et risquées prises par un trader français de son bureau à Londres qui ont occasionné des pertes de 6,2 milliards de dollars en 2012.
Haut de page
Paris, le lundi 25 septembre 2017