Mouvement pour une Organisation Mondiale de l'Agriculture
momagri est un think tank présidé par Christian Pèes,  qui rassemble des responsables du monde agricole
et des personnalités d’horizons extérieurs (santé, développement, stratégie et défense,…).
Son objectif est de promouvoir une régulation des marchés agricoles en créant de nouveaux outils d’évaluation
(modèle économique, indicateurs,…) et en formulant des propositions pour une politique
agricole et alimentaire internationale.
Regards sur l'actualité

Matières premières : un investissement de moins en moins « rentable » pour les banques

28 Avril 2014


La banque britannique Barclays a annoncé le 22 avril qu’elle se retire des marchés physiques et ainsi cesse ses activités de courtage concernant la plupart des matières premières, comme les produits agricoles, l’énergie et les métaux industriels. Barclays se joint ainsi à d’autres établissements bancaires, à l’instar de la Deutsche Bank, qui ont quitté le courtage des matières premières.

En cause, la régulation internationale toujours plus importante, et notamment la pression de certaines grandes instances internationales à limiter les activités spéculatives excessives sur certains marchés, mais également des profits en baisse. La spéculation deviendrait ainsi de moins en moins « rentable » sur les marchés des matières premières. Une bonne chose, alors que les matières premières agricoles constituent désormais un placement parmi d’autres dans les stratégies de gestion de portefeuille.

Ce retrait intervient par ailleurs alors qu’un consensus se dessine pour admettre que les prises de position des spéculateurs sur les marchés à terme agricoles ont alimenté pour partie la flambée des prix alimentaires du printemps 2008. La financiarisation excessive et non régulée, motivée par la croyance illusoire dans les vertus du marché, a en effet favorisé le développement de comportements spéculatifs stimulés par une vision à très court terme déconnectée de la sphère réelle. Des comportements finalement facteur de déstabilisation des prix. Une déstabilisation qui non seulement impacte l’activité agricole courante mais fragilise la sécurité alimentaire mondiale.

Ce désengagement de la Barclays de ses activités de courtage sur les matières premières – déjà annoncée en février 2013 – pourrait être un signe avant-coureur de l’accalmie du jeu spéculatif sur les marchés dérivés agricoles. Mais il profite aux maisons de négoce et de banques asiatiques ou sud-américaines, ou encore de producteurs russes ou moyen-orientaux, moins régulées et plus opaques.

Ainsi la victoire dans la lutte contre les manipulations et les abus du marché est loin d’être acquise, surtout du côté des banques asiatiques ou anglo-saxonnes et des sociétés de trading. Dans ce contexte, il est impératif que la communauté internationale poursuive son effort et sa coopération en matière de régulation pour se prémunir de la formation d’une « bulle agricole », dont les effets seraient au moins aussi dévastateurs que ceux de la crise financière.


Haut de page
Paris, le dimanche 19 novembre 2017