Mouvement pour une Organisation Mondiale de l'Agriculture
momagri est un think tank présidé par Pierre Pagesse,  qui rassemble des responsables du monde agricole
et des personnalités d’horizons extérieurs (santé, développement, stratégie et défense,…).
Son objectif est de promouvoir une régulation des marchés agricoles en créant de nouveaux outils d’évaluation
(modèle économique, indicateurs,…) et en formulant des propositions pour une politique
agricole et alimentaire internationale.
Regards sur l'actualité

Lutter contre la volatilité des prix en Afrique de l’Ouest :
la Cedeao et la Fao plaident pour une approche régionale

24 Octobre 2011



Touchée de plein fouet par la crise alimentaire de 2008, l’Afrique de l’Ouest continue de subir la forte volatilité des prix des denrées alimentaires. Afin de trouver des solutions durables à ce problème, la Communauté économique des Etats d’Afrique de l’Ouest (Cedeao) et la FAO ont tenu les 6 et 7 octobre derniers une réunion conjointe à Dakar sur le thème de la volatilité et la flambée des prix des denrées alimentaires en Afrique de l’Ouest.

“La flambée et la volatilité des prix des denrées alimentaires constituent une préoccupation cruciale dans toute la sous-région, tant pour les ménages pauvres qui dépensent une grande partie de leurs revenus pour les denrées alimentaires que pour les producteurs agricoles qui cherchent une stabilité des prix rémunérateurs à la ferme”, a déclaré le Coordonnateur du Bureau sous-régional de la Fao pour l’Afrique de l’ouest, Musa Saihou Mbenga.

Lors de cette réunion, les différents participants ont proposé de limiter les importations de produits agricoles en Afrique de l’Ouest, afin de favoriser une production locale suffisante, d’augmenter le taux d’investissement dans le secteur agricole et de réglementer davantage les marchés. Ils ont par ailleurs tous insisté sur la nécessité d’agir à l’échelle régionale. Selon Ousseini Salifou, commissaire chargé de l’Agriculture, de l’Environnement et des Ressources en eau de la Cedeao, « lutter contre la volatilité des prix impose d’agir à de multiples niveaux de façon cohérente et coordonnée ».

Enfin, le directeur de cabinet du ministère de l’Agriculture du Sénégal, Cheikh Sadibou Diop, estime que cette réflexion engagée par la Cedeao et la Fao va « enrichir les conclusions contenues dans la Déclaration du Dakar Agricole 2 ». Organisé par la République du Sénégal en coopération avec momagri1 afin d’approfondir la réflexion sur les questions de la régulation et de la gouvernance agricole mondiale, ce forum international avait réuni en avril dernier plusieurs Chefs Etats et de Gouvernement, de nombreux ministres et ambassadeurs venant de quarante pays, ainsi que des représentants des institutions internationales.

La réunion organisée par la Cedeao et la FAO s’inscrit tout à fait dans la dynamique ouverte par la déclaration finale2 du Dakar agricole qui avait soutenu l’idée d’une gouvernance mondiale de l’agriculture. Et conforte la vision de momagri en terme de déclinaisons régionales d’une Politique Agricole et Alimentaire Internationale.

1 http://momagri.fr/FR/dakar-agricole-2011-FR.html
2 http://www.momagri.org/pdf/Dakar-Agricole-2011-declaration-FR.pdf

Haut de page
Paris, le vendredi 21 novembre 2014