Mouvement pour une Organisation Mondiale de l'Agriculture
momagri est un think tank présidé par Christian Pèes,  qui rassemble des responsables du monde agricole
et des personnalités d’horizons extérieurs (santé, développement, stratégie et défense,…).
Son objectif est de promouvoir une régulation des marchés agricoles en créant de nouveaux outils d’évaluation
(modèle économique, indicateurs,…) et en formulant des propositions pour une politique
agricole et alimentaire internationale.
Regards sur l'actualité

Les précieuses recommandations du CESE pour l’avenir de notre modèle agricole

15 Décembre 2014


Le Conseil Economique Social et Environnemental (CESE), sur la demande du gouvernement, vient de voter son avis sur les atouts et les obstacles rencontrés par les agricultures familiales. Premier constat et non des moindres : celles-ci sont menacées par les effets de la libéralisation des échanges mondiaux et par la financiarisation du secteur agricole.

A l’heure où les négociations d’accords de libre-échange se multiplient (TTIP, CETA, APE UE/Cedeao…), où l’OMC relance le cycle de Doha à la faveur d’un accord obtenu in extremis, les préconisations du CESE viennent rappeler que l’agriculture est avant tout stratégique et spécifique. Il appelle ainsi à « créer les conditions d’une protection efficace des agricultures familiales. L’OMC, mais également les nombreux accords bi ou multilatéraux de libre-échange doivent tenir compte de la spécificité de l’agriculture ».

Bien qu’une prise de conscience existe sur les dangers du « laisser-faire » en matière agricole, les décideurs internationaux sont toujours aussi nombreux à se persuader des bienfaits d’une libéralisation non régulée notamment pour les pays en voie de développement. La relance du cycle de Doha à marche forcée fin novembre, en est une parfaite illustration, et ce quitte à travestir les réalités géoéconomiques, surtout celles concernant l’agriculture.

Pourtant, le contexte économique, politique et stratégique, radicalement nouveau, plaide pour une nouvelle stratégie publique de l’Union européenne en matière agricole, comme la mettent en œuvre les grandes puissances économiques et agricoles de la planète, à l’instar des Etats-Unis, de la Chine et du Brésil.

La coopération internationale autour de l’agriculture et de l’alimentaire est aujourd’hui très insuffisante car si les organisations internationales qui sont concernées par ce sujet majeur sont nombreuses, aucune n’a une fonction fédératrice à un niveau politique.

C’est pourquoi momagri préconise qu’un Conseil de sécurité alimentaire mondial, sur le modèle du Conseil de sécurité des Nations Unies soit ainsi créé dans les dix prochaines années.


Haut de page
Paris, le dimanche 24 septembre 2017