Mouvement pour une Organisation Mondiale de l'Agriculture
momagri est un think tank présidé par Christian Pèes,  qui rassemble des responsables du monde agricole
et des personnalités d’horizons extérieurs (santé, développement, stratégie et défense,…).
Son objectif est de promouvoir une régulation des marchés agricoles en créant de nouveaux outils d’évaluation
(modèle économique, indicateurs,…) et en formulant des propositions pour une politique
agricole et alimentaire internationale.
Regards sur l'actualité

Les outils de la PAC et la réduction de la volatilité : Angélique Delahaye ouvre une voie

16 Mai 2016


Alimenter le débat et la réflexion sur le rôle potentiel des outils de gestion des risques pour lutter contre la volatilité et stabiliser les revenus en vue de la prochaine PAC : voici l’objectif du projet de rapport que vient de rendre public l’eurodéputée Angélique Delahaye le 9 mai dernier1. Ce document servira de base de travail pour les députés de la commission Agriculture du Parlement européen. Il sera présenté officiellement par Angélique Delahaye le 6 juin prochain, avant un travail d’amendements et un vote en commission prévu en septembre et l’adoption en session Plénière en décembre 2016.

On ne peut que saluer le constat dressé par la Rapporteure : « depuis 2007, les marchés mondiaux agricoles se caractérisent par une variation extrême des prix, avec des chocs économiques plus fréquents et plus marqués » ; « la volatilité des prix génère un climat d’incertitude pour l’activité agricole et freine sa capacité à investir » ; « les grands acteurs mondiaux des marchés agricoles mettent en place des politiques visant à atténuer la volatilité ». Ainsi, Angélique Delahaye estime que la volatilité doit être considérée « comme étant la norme » et qu’il convient « d’accompagner les acteurs les plus exposés pour atténuer ses effets négatifs ». Dans ce contexte, l’Europe ne peut plus fonder sa politique agricole sur des aides directes découplées « qui ne sont pas adaptées aux situations de volatilité des prix » alors que l’objectif « de stabiliser les marchés » figure toujours parmi les objectifs assignés à la PAC.

Pour réorienter la PAC Angélique Delahaye propose trois idées-force : une meilleure organisation des filières, le développement des outils de gestion de risques et la poursuite de la mise en place des Observatoires des prix. S’agissant des outils de gestion des risques, l’eurodéputée considère que les mesures « du deuxième pilier de l’actuelle PAC sont notoirement inadaptés » et en appelle à développer « les différents types d’assurances et les fonds mutuels ». Ces derniers devraient être « établis à l’initiative des professionnels » et sont « plus adaptés que le versement de paiements directs ».

Enfin, pour Angélique Delahaye une distinction doit être faite entre la gestion de la volatilité et la gestion de crise. Le rapport en cours ne traite que du premier aspect, ainsi elle « a fait le choix de ne pas aborder le sujet des aides contra-cycliques, entendues comme mesures de gestion de crise ».

Momagri défend la mise en place d’aides contra-cycliques dans son livre blanc2 pour la prochaine réforme de la PAC et estime qu’elles ne sont pas uniquement des outils de gestion de crise mais aussi le socle des outils de gestion de la volatilité et a fortiori des crises quand cette volatilité est excessive. Ces aides qui varient en fonction des prix, continuent de faire preuve de leur efficacité aux Etats-Unis et au Canada notamment. Elles devraient être introduites dans la PAC comme le prône également les eurodéputés qui viennent de lancer un groupe de réflexion intitulé « un nouveau cap stratégique pour la PAC »3. Mettre en place des aides contra-cycliques est même une condition sine qua none au développement des assurances et des fonds mutuels qui ne pourront couvrir que les pertes économiques de faible ampleur. Le risque de fluctuation des prix étant par nature systémique, c’est-à-dire qu’il touche tous les producteurs en même temps, il est, en effet, difficilement assurable. Les assureurs ne pourront pas développer des contrats sur le risque économique tant que les pouvoirs publics ne traiteront pas en priorité les fortes pertes via des aides contra-cycliques.


1 L’intégralité du projet de rapport est disponible en suivant ce lien
http://www.europarl.europa.eu/committees/fr/

2 Retrouvez l’intégralité du livre blanc de Momagri en suivant ce lien
http://www.momagri.org/FR/accueil-momagri.html

3 Retrouvez la tribune des cinq eurodéputés socialistes, Marc Tarabella (Belgique), Eric Andrieu (France), Jean-Paul Denanot (France), Nicola Caputo Italie) et Tibor Szanyi (Hongrie) en suivant ce lien
http://www.lalibre.be/debats/opinions/un-nouveau-cap-strategique-pour-la-politique-agricole-(...)



Haut de page
Paris, le samedi 23 septembre 2017