Mouvement pour une Organisation Mondiale de l'Agriculture
momagri est un think tank présidé par Christian Pèes,  qui rassemble des responsables du monde agricole
et des personnalités d’horizons extérieurs (santé, développement, stratégie et défense,…).
Son objectif est de promouvoir une régulation des marchés agricoles en créant de nouveaux outils d’évaluation
(modèle économique, indicateurs,…) et en formulant des propositions pour une politique
agricole et alimentaire internationale.
Regards sur l'actualité

Les coopératives françaises s’exposent

15 Juin 2015


Les coopératives françaises se cherchent, se réinventent et se projettent. L’effort de communication initié il y a deux ans commence à porter ses fruits. C’est dans cette optique que s’est tenue du 6 au 14 juin la première semaine de la coopération agricole en France. 130 événements ont ainsi été organisés à travers l’hexagone.

L’occasion pour le président de Coop de France, Philippe Mangin, de s’exprimer sur l’importance du modèle coopératif dans un environnement économique mondial marqué par une extrême financiarisation, une instabilité et une hypervolatilité toujours plus problématiques. La gouvernance sur laquelle repose les coopératives est ainsi l’une des clés du maintien des équilibres agricoles français et européens.

Finalement, ainsi que le relève Philippe Mangin, cette manifestation vise surtout à rappeler « combien le savoir-faire ancestral des agriculteurs français sait se conjuguer, se diversifier, se déployer partout dans le monde grâce à l’innovation, aux sciences, aux technologies ».

Les coopératives agricoles et agro-alimentaires représentent en effet près de 40 % de toutes les coopératives de la planète. En France, 450 000 agriculteurs et 160 000 salariés sont rassemblés dans la coopération agricole pour un chiffre d’affaires de 84,7 milliards d’euros en 2014.

Dans un contexte de crise larvée et de « tout financier », et alors que l’on pointe du doigt la perte d’influence et de compétitivité des entreprises françaises, cette « effervescence entrepreneuriale » n’a pas fini de prouver son efficacité économique. Ce modèle a ainsi su déployer des stratégies à même de lutter efficacement contre l’instabilité intrinsèque des marchés. Pourtant, il manque aux coopératives un nouveau mode d’influence : l’internationalisation de leur réseau afin d’agir sur la gouvernance mondiale. Un appel a été lancé en ce sens lors du dernier Sommet des Coopératives à Québec, par Pierre Pagesse, Président de Momagri, et soutenu par Denis Richard, Président de la Coop Fédérée. Il faut en effet que les coopératives pèsent davantage dans le débat international en apportant des solutions concrètes pour faire face aux enjeux de la sécurité alimentaire et mettre en œuvre une régulation efficace.

Haut de page
Paris, le lundi 25 septembre 2017