Mouvement pour une Organisation Mondiale de l'Agriculture
momagri est un think tank présidé par Christian Pèes,  qui rassemble des responsables du monde agricole
et des personnalités d’horizons extérieurs (santé, développement, stratégie et défense,…).
Son objectif est de promouvoir une régulation des marchés agricoles en créant de nouveaux outils d’évaluation
(modèle économique, indicateurs,…) et en formulant des propositions pour une politique
agricole et alimentaire internationale.
Regards sur l'actualité

Les Jeunes Agriculteurs sont essentiels dans la future PAC:
Position paper du CEJA sur les outils de gestion des risques



Rapport du Conseil Européen des Jeunes Agriculteurs (CEJA)

22 Mai 2017

Avec le lancement de la consultation publique sur l’avenir de la PAC, les différentes parties concernées expriment leurs positions et leurs attendus. Dans une période marquée par des prix bas et face au constat de l’insuffisance du cadre actuel pour éviter les crises et en sortir au mieux, le sujet de la gestion des risques économiques est particulièrement travaillé.

Parmi les récentes contributions à ce débat celle du Conseil Européen des Jeunes Agriculteurs (CEJA) qui représentent les agriculteurs européens de moins de 35 ans retient particulièrement l’attention. Leur contribution est organisée en six « position paper » dont un, que nous reproduisons ci-après
1, est consacré aux outils de gestion des risques.

Partant du constat que les jeunes agriculteurs sont particulièrement vulnérables non seulement aux conséquences des risques sanitaires et climatiques mais surtout aux risques économiques, ils en appellent à une approche intégrée qui cherche à la fois à prévenir pour éviter les crises et à mieux gérer en mettant véritablement à disposition des agriculteurs l’ensemble des outils nécessaires à la gestion des risques.

A ce stade, la liste des instruments qu’ils envisagent semble sciemment large tant en cette période difficile on doit faire flèche de tout bois : assurances, fonds mutuels, épargne de précaution, marchés à terme, instruments financiers et instruments contracycliques figurent à l’appel.

En outre, le CEJA caractérise la situation actuelle comme marquée par « des prix de marchés déprimés », par une « surproduction », par « une période étendue de prix bas ». On ne peut que partager ce diagnostic tant les stocks augmentent partout. Pour autant on doit rappeler que les assurances économiques et les marchés à terme ne sont d’aucuns recours dans le cas de figure de marchés durablement déprimés et défaillants dans leur capacité à fournir un signal prix proche du prix d’équilibre du marché. Ce type d’instruments permet principalement d’exploiter les variations de prix observées au cours d’une année.

Les dispositifs contracycliques, ainsi que cités par le CEJA, sont les plus adéquats en période de crise pour faire face à l’effondrement durable des prix. Momagri les a d’ailleurs inscrits en dispositif pivot de sa proposition pour une nouvelle PAC, détaillée dans son livre blanc
2. Enfin, on ne peut que saluer l’appel du CEJA à une plus grande flexibilité budgétaire afin de créer les conditions propices à la mise en œuvre des instruments de gestion des risques. Une plus grande flexibilité qui est déjà possible dans le cadre les Traités et règlements actuels de l’Union européenne ainsi que nous l’avons démontré3.


La rédaction de Momagri




Today European young farmers are competing in an increasingly competitive global agricultural market. European young farmers already established in business and new entrants to the sector are exposed not only to local risks inherently associated with agriculture as a profession - such as climatic and sanitary risks - but also global risks that are wide-reaching and linked to supply and demand in fast-changing global markets.

Risk management tools are instruments which minimize the impact of reduction of farmer incomes caused by external factors beyond the control of the farmers. Market volatility leading to crises throughout the agricultural sector additionally contribute to young farmers’ lack of security. Learning from today’s crisis requires innovative solutions in order to overcome and prevent future crisis. While lessons can be learnt from these situations, crises often threaten to jeopardize young farmers’ place as the next generation of farming.

Currently in the agriculture sector access to education and information services is increasing, as is the awareness of young farmers of the nature of different risks. Volatility within their profession is predominantly attributed to a repetition of extended periods of low prices and significant income variability, thus creating an accumulation of uncertainties.

In these circumstances young farmers are most vulnerable as they are more financially exposed. Consequently, high quality and reliable information on market situations must be provided, in addition to the provision of strong decision-making tools so that young farmers may use risk management tools effectively and self-manage their own risks.

As the future of farming, young farmers benefit from innovative risk management tools that sustain as well as enhance farm viability, rural landscapes and safeguard young farmers against a plethora of risks, from depressed market prices and over production, to uncertainties or constraints related to international agreements. Innovative risk management tools will assist young farmers to develop their businesses more efficiently.

In order to sustain and enhance farm viability for young farmers, CEJA calls for the following risk management measures for the CAP post-2020:
  • The implementation of tools to anticipate crisis through the Common Market Organisation so that risk prevention is carried out.
  • At EU level, a comprehensive list of risk management and insurance measures must be implemented by each Member State such as:
         - Climatic and sanitary risk,
         - Countercyclical tools,
         - Insurance schemes,
         - Mutual funds,
         - Individual precautionary fund,
         - Loans from financial institutions including the EIB,
         - Improving the system of futures market.
  • We encourage the European Commission to reinforce the Income Stabilisation Tool (IST). The income threshold for compensation must be attractive to farmers, especially young farmers, to guarantee high initial adoption of the measure. The IST must initially be a voluntary measure at farmer level with the view to be made a mandatory measure in the future CAP.
  • Access to appropriate financial instruments necessary to anticipate and combat crises in the agricultural sector.
  • The introduction of annual budget flexibility into the EU financial framework in order to facilitate efficient implementation of risk management tools.

1 http://www.ceja.eu/wp-content/uploads/2017/05/Final-Young-Farmers-are-Key-in-the-Future-CAP-BW.pdf
2 Retrouvez le livre blanc de Momagri en suivant ce lien
www.momagri.org/PDF/Momagri-Un-nouveau-cap-strategique-pour-la-PAC.pdf

3 Retrouvez la note de Momagri « Pourquoi les propositions de Momagri respectent pleinement les Traités et règlements de l’Union européenne ? » en suivant ce lien
http://www.momagri.org/FR/articles/Pourquoi-les-propositions-de-Momagri-respectent-pleinement-les-Traites-et-reglements-de-l-Union-europeenne-_1855.html



Haut de page
Paris, le samedi 23 septembre 2017