Mouvement pour une Organisation Mondiale de l'Agriculture
momagri est un think tank présidé par Christian Pèes,  qui rassemble des responsables du monde agricole
et des personnalités d’horizons extérieurs (santé, développement, stratégie et défense,…).
Son objectif est de promouvoir une régulation des marchés agricoles en créant de nouveaux outils d’évaluation
(modèle économique, indicateurs,…) et en formulant des propositions pour une politique
agricole et alimentaire internationale.
Regards sur l'actualité

Les BRICS au sommet ?

30 Mars 2015


Dans un monde en quête de gouvernance, de nouveaux ensembles se forment. Le centre de gravité bascule et rebat les cartes des équilibres mondiaux tournant jusqu’à maintenant autour de pivots institutionnels comme l’OMC et le FMI. Certaines puissances émergentes, regroupées sous l’appellation des BRICS, sont ainsi devenues, en moins d’une décennie, un pool stratégique majeur et ce malgré leurs disparités (politiques, économiques, sociales).

Brésil, Russie, Chine, Inde, Afrique du Sud, ambitionnent à terme non seulement de concurrencer l’hégémonie américaine et européenne, mais également de réussir là où les principales institutions nées de Brettons Woods ont échoué. Après la création d’une Banque du développement puis l’étude de la création d’une nouvelle agence de notation, c’est sur le terrain de la sécurité alimentaire et de l’agriculture que les BRICS souhaitent également s’imposer.

Le 13 mars dernier, cette coalition hétéroclite s’est ainsi réunie afin de s’assurer de trouver une solution permanente au sein de l’OMC d’ici fin décembre 2015 quant à la politique de stockage public des céréales, point litigieux qui hypothèque la poursuite des négociations du cycle de Doha. Les BRICS réitèrent ainsi leur volonté de peser davantage sur les institutions financières mondiales et de s’assurer une plus grande représentativité sur la scène internationale.

Car rappelons-le, pris individuellement, le poids de ces pays sur les équilibres mondiaux est considérable. Chacune des décisions de la quasi-totalité de ces pays joue en effet un rôle catalyseur sur les marchés agricoles alors qu’ils ont érigé l’Agriculture en enjeu stratégique majeur : le Brésil a bouleversé le marché mondial de la viande, la Russie peut affoler les marchés par la seule menace d’un embargo, l’Inde est une figure de proue du G33 qui s’oppose au démantèlement des instruments de soutien à l’agriculture au sein de l’OMC…

Si nous sommes encore loin d’une concurrence sérieuse de cette structure face aux institutions pilotées par les Américains et les Européens, elle représente un pôle d’attraction sérieux notamment auprès des « nouveaux émergents ». Par ailleurs, sa montée en puissance met en lumière la difficulté de l’Occident à se rassembler autour de projets fédérateurs au sein d’institutions comme l’OMC, le FMI ou la Banque Mondiale.


Haut de page
Paris, le samedi 23 septembre 2017