Mouvement pour une Organisation Mondiale de l'Agriculture
momagri est un think tank présidé par Christian Pèes,  qui rassemble des responsables du monde agricole
et des personnalités d’horizons extérieurs (santé, développement, stratégie et défense,…).
Son objectif est de promouvoir une régulation des marchés agricoles en créant de nouveaux outils d’évaluation
(modèle économique, indicateurs,…) et en formulant des propositions pour une politique
agricole et alimentaire internationale.
Regards sur l'actualité

Le secteur laitier chinois dans la tourmente

9 Mars 2015


La course à l’autosuffisance alimentaire de la Chine est effrénée, et malgré les annonces récurrentes sur la mise en place de nouveaux dispositifs financiers de soutien à son agriculture, le secteur peine à décoller. Pire encore, comme le rapporte la récente note de veille économique sur la Chine de la société de service ABCIS1, son secteur laitier traverse une nouvelle crise, dans un contexte mondial sous pression.

Les prix payés aux producteurs ont en effet chuté de 19% entre début 2014 et janvier 2015. Le gouvernement craint de revivre la période de prix bas de 2007-2008 qui avait conduit à la crise de la mélamine. Parmi les causes avancées : l’augmentation des importations de produits laitiers dans un contexte où la consommation chinoise recule et a fortiori la vente de ces produits. Pour ne rien arranger à la situation, le pays est déjà premier importateur mondial de soja (60 % des transactions), de coton et de maïs qu’il achète chaque année en plus grandes quantités.

Cette crise laitière est finalement symptomatique d’un ralentissement mondial, que cela soit en Europe (fin des quotas laitiers conjugué aux effets de l’embargo russe entre autres) ou en Nouvelle-Zélande (conséquences de la sécheresse), aggravé par la volatilité structurelle de ces marchés.

Cependant malgré cette crise et les dysfonctionnements intrinsèques à l’agriculture chinoise, le pays, qui considère son secteur agricole comme éminemment stratégique, devrait redoubler d’efforts dans sa quête à l’autosuffisance alimentaire, notamment par la conquête de marchés internationaux.

La volonté de sécuriser des approvisionnements notamment dans le domaine laitier, a ainsi amené les acteurs chinois de l'industrie agroalimentaire à investir à l'étranger. En France, deux usines de lait en poudre à financements chinois entreront en opération en 2015 et s'appuient sur des partenariats avec des coopératives laitières (Isigny-Sainte-Mère en Normandie, et Sodiaal dans le Finistère).

Par ailleurs, minimes en 2001 au moment où la Chine entrait au sein de l’OMC, les soutiens internes en 2012 se chiffraient à 73 milliards USD (environ 461 milliards CNY). Ainsi que le révèle l’indicateur SGPAA (Soutiens Globaux à la Production Agricole et Alimentaire) de Momagri, les soutiens publics à l’agriculture par habitant entre 2008 et 2012 se sont accrus de 71% et ne devraient pas connaître de diminution notable.


1 « Experts en Filières Animales », cette société a été fondée par les 3 Instituts techniques animaux (IFIP, Institut de l’Elevage et ITAVI).

Haut de page
Paris, le dimanche 24 septembre 2017