Mouvement pour une Organisation Mondiale de l'Agriculture
momagri est un think tank présidé par Christian Pèes,  qui rassemble des responsables du monde agricole
et des personnalités d’horizons extérieurs (santé, développement, stratégie et défense,…).
Son objectif est de promouvoir une régulation des marchés agricoles en créant de nouveaux outils d’évaluation
(modèle économique, indicateurs,…) et en formulant des propositions pour une politique
agricole et alimentaire internationale.
Regards sur l'actualité

La sécurité alimentaire plus que jamais un enjeu de sécurité nationale

14 Juillet 2014


Comment nourrir 9 milliards d’individus ? C’est à cette question particulièrement complexe que plusieurs experts ont tenté de répondre lors d’une conférence organisée par l’Aspen Institute le 26 juin aux Etats-Unis.

Parmi les nombreux points soulevés, la confirmation que la capacité à nourrir de manière optimale la population mondiale à travers les décisions politiques de chaque Etat, ou groupement d’Etats, fait plus que jamais partie des intérêts vitaux d’une nation.

Le pain et l’eau sont ainsi devenus de puissants catalyseurs de crise politique et sociale, comme on le constate en Egypte ou encore en Syrie, mais la sécurité alimentaire est également un enjeu stratégique de première importance pour les pays occidentaux.

Dans cette optique, certains experts n’ont pas hésité à rappeler le besoin de coopération entre les acteurs de la sécurité alimentaire. « Un devoir moral » pour reprendre l’expression du pape François, tout en insistant sur le rôle de l’agriculture dans la réduction de la pauvreté, alors que selon des chiffres de l’USDA, le nombre de personnes en état d’insécurité alimentaire devrait augmenter de 23% d’ici à 2023, pour atteindre 868 millions d'individus.

La tenue de cette conférence est sans doute une nouvelle démonstration de l’importance aux Etats-Unis de l’Agriculture et de l’agroalimentaire en tant qu’enjeu stratégique majeur, la sécurité alimentaire faisant partie intégrante « des intérêts vitaux de la nation ». Dès lors, protéger les agriculteurs et les consommateurs des risques exogènes et endogènes qui pèsent sur ce secteur spécifique et stratégique, devient primordial, non seulement à l’intérieur des frontières des Etats mais également à l’extérieur sous la forme d’investissements, par exemple, notamment dans les PED.

Au nom de l’indépendance politique et du rayonnement international, et au nom de l’impératif de sécurité alimentaire, l’Union européenne doit, elle aussi, se saisir de ces enjeux, qui font partie des missions fondatrices de la PAC.


Haut de page
Paris, le vendredi 17 novembre 2017