Mouvement pour une Organisation Mondiale de l'Agriculture
momagri est un think tank présidé par Pierre Pagesse,  qui rassemble des responsables du monde agricole
et des personnalités d’horizons extérieurs (santé, développement, stratégie et défense,…).
Son objectif est de promouvoir une régulation des marchés agricoles en créant de nouveaux outils d’évaluation
(modèle économique, indicateurs,…) et en formulant des propositions pour une politique
agricole et alimentaire internationale.
Regards sur l'actualité

La banane brouille les cartes des négociations sur les APE

28 mai 2007

Alors que le scepticisme reste de mise pour les pays d’Afrique, des Caraïbes et du Pacifique (ACP), l’évolution des négociations des Accords de Partenariat Economique (APE)1 entrainent des dissensions au sein même des pays membres de l’Union Européenne. L’Espagne, soutenue par la France, le Portugal et d’autres pays méditerranéens, menace d’opposer son véto tant qu’une meilleure protection des agricultures de ses régions périphériques, les Iles Canaries en l’occurrence, n’est pas assurée.

Dans le cadre des négociations portant sur les modalités des APE entre l’Union Européenne et les pays ACP, Peter Mandelson, commissaire européen au commerce extérieur, a en effet proposé début avril une ouverture complète des marchés de l’UE pour tous les produits en provenance des pays ACP et ce, dès le 1er janvier 2008.

Mais les régions périphériques, qui font partie intégrante du territoire de l’Union Européenne, craignent de voir leurs productions tropicales, la banane en particulier, être soumises à la forte concurrence des produits ACP.

La production de bananes, au sein de la communauté européenne, provient principalement de quatre régions insulaires parmi lesquelles figurent deux départements français d'outre-mer, la Guadeloupe et la Martinique. Les deux autres régions productrices sont les Îles Canaries (Espagne) et Madère (Portugal). La production bananière y joue un rôle socio-économique central, d'autant plus crucial qu'aucune alternative agricole crédible ne peut être envisagée sur ces territoires.

En désirant rajouter la banane sur la liste des produits où figurent déjà le sucre et le riz, et pour lesquels l’abaissement des barrières tarifaires s’étalerait sur une période transitoire, l’Espagne veut ainsi défendre les intérêts de ses producteurs.

Ces nouvelles péripéties, qui ne font que souligner l’absence d’outils d’évaluation et d’analyses impartiales, complexifient les négociations dont l’issue demeure incertaine. Pourtant l’échéance de la mise en œuvre des APE approche…

1 Voir l’article Les pays ACP, l’Europe et l’OMC : quels accords conclure pour favoriser le développement ?, dans la rubrique Analyses et Commentaires, publié le 21 mai 2007.

Haut de page
Paris, le lundi 22 septembre 2014