Mouvement pour une Organisation Mondiale de l'Agriculture
momagri est un think tank présidé par Christian Pèes,  qui rassemble des responsables du monde agricole
et des personnalités d’horizons extérieurs (santé, développement, stratégie et défense,…).
Son objectif est de promouvoir une régulation des marchés agricoles en créant de nouveaux outils d’évaluation
(modèle économique, indicateurs,…) et en formulant des propositions pour une politique
agricole et alimentaire internationale.
Regards sur l'actualité

La Russie : futur champion agricole ?

14 Décembre 2015


Début décembre, Vladimir Poutine, a appelé, devant le Parlement russe, la Russie à devenir entièrement autosuffisante en termes de production agricole d’ici 2020, notamment pour sa production en agriculture biologique.

« Non seulement nous pouvons nous nourrir nous-mêmes compte tenu de nos terres et de nos ressources hydrologiques, mais la Russie est en mesure de devenir un leader mondial de la production de produits sains, écologiquement propres, de qualité, qui ont depuis longtemps disparu chez certains producteurs occidentaux, d'autant plus que la demande pour une telle production connaît une croissance constante », avait ainsi annoncé le Président russe.

Au-delà de la promotion de l’agriculture biologique, la conquête de marchés extérieurs et l'expansion de la production russe doivent constituer selon lui une stratégie naturelle en vue de développer l’économie du pays.

Car, malgré les défaillances structurelles dont souffre l’agriculture du pays (manque d’infrastructures, vétusté des exploitations agricoles caractérisée par un sous-investissement depuis deux décennies), sur fond de crise économique en 2015, l’agriculture russe a progressé ces 10 dernières années. Importatrice nette il y a encore dix ans, la Russie a exporté en 2014 près de 20 milliards USD de produits agricoles.

Nous assistons ainsi à un changement de paradigme où ce ne sont plus uniquement les ressources gazières ou industrielles qui dictent la diplomatie économique russe. Ces 20 milliards USD d’exportations de produits agricoles en 2014, vantés par Vladimir Poutine, représentent un tiers de plus que les ventes d'armes, et un tiers des recettes provenant des exportations de gaz.

La dimension géostratégique derrière l’annonce du Président Poutine est évidente. Fidèle à la stratégie et à la culture – ancestrale – de la « Derjava » (puissance en russe), Moscou a clairement démontré ces dernières années sa volonté de peser dans les équilibres agricoles mondiaux et d’utiliser l’arme alimentaire dans les rapports de force internationaux. Pour le meilleur et pour le pire.


Haut de page
Paris, le jeudi 23 novembre 2017