Mouvement pour une Organisation Mondiale de l'Agriculture
momagri est un think tank présidé par Pierre Pagesse,  qui rassemble des responsables du monde agricole
et des personnalités d’horizons extérieurs (santé, développement, stratégie et défense,…).
Son objectif est de promouvoir une régulation des marchés agricoles en créant de nouveaux outils d’évaluation
(modèle économique, indicateurs,…) et en formulant des propositions pour une politique
agricole et alimentaire internationale.
Regards sur l'actualité

La Banque Mondiale s’inquiète de la volatilité des prix agricoles

25 Octobre 2010



Craignant que la volatilité des matières premières agricoles sur les marchés internationaux continue de déstabiliser les pays en voie de développement, la Banque Mondiale a pris la décision de réactiver son Programme d’intervention GFRP (Global Food Crisis Response Program) qui vise à leur apporter un soutien financier.

Créé en mai 2008 pour aider les pays touchés par la hausse des prix des denrées alimentaires, le GFRP prévoit un soutien à la production alimentaire en fournissant des semences et des engrais, un programme de protection sociale et d’alimentation scolaire pour les personnes les plus vulnérables, des transferts monétaires, mais aussi l'amélioration de l'irrigation pour les petits agriculteurs.

Depuis 2008, le GFRP a ainsi permis d’aider 35 pays avec une enveloppe globale de 1.2 milliards de dollars. Aujourd’hui, la Banque Mondiale prévoit le versement de 760 millions de dollars jusqu’en juin 2011.

« La communauté internationale est de plus en plus inquiète de la volatilité et de l’incertitude qui règnent sur les marchés agricoles », a déclaré Robert Zoellick, le Président de la Banque Mondiale. « Cette inquiétude a été aggravée par la récente hausse des cours des céréales ». Selon Ngozi Okonjo-Iweala, Directeur général de la Banque Mondiale, la « forte volatilité » des prix agricoles devrait durer au moins jusqu’en 2015. Après la FAO, c’est donc au tour de la Banque Mondiale de s’inquiéter du regain de la volatilité des prix des matières premières agricoles. Cette prise de position est un signal fort des menaces qui pèsent actuellement sur les équilibres mondiaux, du fait de tensions observées et anticipées sur les marchés agricoles. Elle constitue également un nouvel argument en faveur d’une régulation des marchés agricoles, régulation qui devra être un des principaux dossiers traités dans le cadre des prochains G20.

Haut de page
Paris, le jeudi 24 juillet 2014