Mouvement pour une Organisation Mondiale de l'Agriculture
momagri est un think tank présidé par Pierre Pagesse,  qui rassemble des responsables du monde agricole
et des personnalités d’horizons extérieurs (santé, développement, stratégie et défense,…).
Son objectif est de promouvoir une régulation des marchés agricoles en créant de nouveaux outils d’évaluation
(modèle économique, indicateurs,…) et en formulant des propositions pour une politique
agricole et alimentaire internationale.
Regards sur l'actualité

L’envolée des cours du maïs provoque des émeutes
au Mexique

29 janvier 2007

Le prix du maïs a connu une véritable envolée durant l’année 2006, avec une progression de plus de 53%, qui illustre une fois de plus l’hyper volatilité des marchés agricoles. Ce phénomène, dont l’origine est américaine, est le résultat d’une conjonction de plusieurs facteurs :

> L’estimation des réserves des États-Unis – premier producteur mondial – a été très récemment revue à la baisse : elles ne représentent plus que 6,4 % de la consommation du pays, contre près de 20 % en 2005 !

> Le Département américain de l’Agriculture a, dans le même temps, rendu publiques ses prévisions pour la production finale et confirme un fléchissement de la production supérieur à 5%.

> Enfin, la demande croissante d’éthanol aux Etats-Unis réduit d’autant la quantité de maïs destinée à la consommation humaine et à l’alimentation animale, et pousse les prix vers des niveaux sans précédents.

Si certains spécialistes tablent sur une excellente récolte en 2007 aux Etats-Unis pour modérer la dynamique des cours, de plus en plus considèrent que le maïs va devenir inabordable pour les consommateurs pauvres et tirer vers le haut l’ensemble des prix de l’alimentation, à l’instar de la banque JP. Morgan qui envisage une hausse des prix du maïs de 61% en 2007 !
Or, l’envolée du prix du maïs, et plus généralement des denrées alimentaires, risque de provoquer, dans les PED qui dépendent des importations de maïs comme l’Indonésie, l’Égypte ou le Nigeria, des émeutes urbaines comme on peut le voir aujourd’hui au Mexique.
Le gouvernement mexicain a d’ailleurs entrepris des mesures drastiques pour faire face à la pénurie de maïs via l’instauration d’un contrôle des prix, la suppression des barrières douanières à l’entrée pour favoriser les importations et la formation d’un stock de sécurité.

Cette situation est révélatrice des spécificités du secteur agricole et des enjeux stratégiques qui sont les siens. Elle souligne en effet :

> Le rôle fondamental des anticipations et des comportements des acteurs qui agissent sur les marchés agricoles (États, producteurs, investisseurs,…), tous deux à l’origine des fortes fluctuations des cours.

> L’incapacité des outils actuels, les modèles économiques agricoles standard, pour effectuer des prévisions correctes.

Il est donc urgent d’initier une gouvernance mondiale de l’agriculture, et de construire des outils d’aide à la décision et à la gestion des marchés, afin de permettre aux décideurs nationaux et internationaux d’anticiper les éventuels retournements de conjoncture. C’est l’objectif que s’est fixé le MOMA à travers la construction du modèle NRA (Nouvelles Régulations Agricoles) et de l’agence NRA.

> Le modèle NRA modélisera notamment de manière plus fidèle le comportement des acteurs face au risque et le niveau maximum de dépendance vis-à-vis de l’extérieur au-delà duquel la sécurité d’approvisionnement est affectée.

> L’agence NRA guidera et conseillera les décideurs sur le secteur agricole et ses enjeux, et elle améliorera le fonctionnement des marchés tout en respectant le libre jeu de la concurrence.

Haut de page
Paris, le mercredi 1 octobre 2014