Mouvement pour une Organisation Mondiale de l'Agriculture
momagri est un think tank présidé par Christian Pèes,  qui rassemble des responsables du monde agricole
et des personnalités d’horizons extérieurs (santé, développement, stratégie et défense,…).
Son objectif est de promouvoir une régulation des marchés agricoles en créant de nouveaux outils d’évaluation
(modèle économique, indicateurs,…) et en formulant des propositions pour une politique
agricole et alimentaire internationale.
Regards sur l'actualité

L’Agriculture européenne :
une « épine dorsale » de l’Europe

27 Octobre 2014


L’agriculture européenne traverse d’importantes turbulences : l’embargo russe pèse toujours notamment quant aux réponses budgétaires à y apporter au grand dam des agriculteurs européens, les négociations pour le partenariat transatlantique quant à elles se poursuivent non sans réelles inquiétudes quant à ses conséquences sur l’agriculture européenne. Enfin, l’approche de la disparition des quotas laitiers en 2015 interroge quant aux meilleurs moyens de s’y préparer.

C’est dans ce contexte anxiogène que s’est réuni le 7 octobre dernier le Congrès du COPA-COGECA. L’occasion de rappeler l’importance du renouvellement des exploitations familiales et la dimension stratégique du secteur agricole tant pour la sécurité alimentaire que pour la croissance et l’emploi.

Ce congrès a notamment permis de rappeler certains chiffres concernant le secteur agricole européen, encore trop souvent perçu comme une variable d’ajustement. Des chiffres qui à l’inverse devraient plaider en faveur de la préservation et de la promotion de l’agriculture européenne. Ce secteur assure en effet à lui seul l’emploi de 26 millions de personnes et nourrit 500 millions de consommateurs européens. Par ailleurs, la production agricole de l’UE représente plus de 400 milliards EUR et les exportations agro-alimentaires représentent les 3 / 4 de la balance commerciale nette de l’UE.

Face à cette réalité, démontrer aux responsables bruxellois la pertinence d’une politique qui apporte aux agriculteurs des réponses aux aléas des marchés, du climat, et à la compétitivité internationale, devrait s’avérer superflu. Or, il n’en est rien : l’édifice des croyances bruxelloises est encore à ébranler. C’est ainsi que le COPA-COGECA a invité lors de son Congrès :
    - A la mise en place d’outils efficaces, notamment par la promotion des coopératives agricoles afin de mieux faire face à l’extrême volatilité des marchés,

    - A garantir la nature commune de la nouvelle PAC ainsi que la réduction de la charge administrative,

    - Ou encore à mettre à disposition des fonds supplémentaires autres que ceux du budget de la PAC en période de crise.
Au-delà des mesures d’urgence souhaitables, il est encore plus urgent d’engager des réformes concrètes à même de faire face aux futurs défis de l’agriculture européenne. C’est en ce sens que Momagri appelle à un nouveau cap stratégique pour la PAC 2020 qui serait refondue autour d’un dispositif contracyclique, stabilisateur des revenus et qui ne coûterait pas plus qu’actuellement… tout en étant largement compatible avec les engagements européens vis-à-vis de l’OMC.


Haut de page
Paris, le samedi 23 septembre 2017