Mouvement pour une Organisation Mondiale de l'Agriculture
momagri est un think tank présidé par Pierre Pagesse,  qui rassemble des responsables du monde agricole
et des personnalités d’horizons extérieurs (santé, développement, stratégie et défense,…).
Son objectif est de promouvoir une régulation des marchés agricoles en créant de nouveaux outils d’évaluation
(modèle économique, indicateurs,…) et en formulant des propositions pour une politique
agricole et alimentaire internationale.
Regards sur l'actualité

Hausse de prix et sécurité alimentaire : Investir plus dans l'agriculture

17 mars 2008

Réuni le 14 février dernier, le Conseil des gouverneurs du fonds international de développement agricole (FIDA)1, a insisté sur « la nécessité urgente d’augmenter les investissements dans l’agriculture pour faire face à la hausse des prix de base» dans les zones rurales de la planète particulièrement pauvres et vulnérables.

Partant, deux principaux axes sont à privilégier :

> veiller à ce que la hausse des prix des matières premières profite « positivement » aux petits exploitants agricoles. Cela suppose, en parallèle, la baisse des coûts de transports, l’aide aux investissements notamment par le micro-crédit et la réduction de la dépendance vis-à-vis des importations agricoles ;

> assurer la sécurité alimentaire dans la mesure où elle permet également, selon Lennart Båge, Président du FIDA, « de lutter contre les fléaux sociaux, le chômage des jeunes, les migrations intercontinentales et les taudis des grandes métropoles ».

Cette prise de conscience selon laquelle l’agriculture est un secteur stratégique « aux multiples potentiels » commence d’ailleurs à se généraliser au sein des institutions internationales à l’instar de la Banque Mondiale qui, dans son Rapport 2008 sur le développement dans le monde
2, indique qu’un « secteur agricole plus dynamique et inclusif pourrait réduire considérablement la pauvreté des populations rurales, et contribuer ainsi à atteindre les Objectifs du millénaire pour le développement ». En ce sens, Kanayo Nwanze, vice-président du FIDA, rappelle que « les investissements dans l’agriculture, plus que tout autre secteur, génèrent des retours quatre fois plus élevés » en termes de développement.


1 Le FIDA est une institution financière internationale et une institution spécialisée des Nations Unies qui s’attèle depuis 30 ans à lutter contre la pauvreté rurale, principale conséquence de la famine.
2 Ce rapport a été publié en octobre 2007.
Haut de page
Paris, le mardi 2 septembre 2014