Mouvement pour une Organisation Mondiale de l'Agriculture
momagri est un think tank présidé par Christian Pèes,  qui rassemble des responsables du monde agricole
et des personnalités d’horizons extérieurs (santé, développement, stratégie et défense,…).
Son objectif est de promouvoir une régulation des marchés agricoles en créant de nouveaux outils d’évaluation
(modèle économique, indicateurs,…) et en formulant des propositions pour une politique
agricole et alimentaire internationale.
Regards sur l'actualité

En France, les transactions de gré à gré doivent désormais être déclarées.
Un premier pas indispensable, mais encore insuffisant.

23 Janvier 2012



L’Autorité des marchés financiers (AMF)1 a annoncé le 16 janvier dernier qu’elle avait étendu aux échanges sur les marchés de gré à gré (OTC) l’obligation de déclaration des transactions. Cette décision prend effet rétroactivement au 1er janvier 2012.

Cette mesure fait suite aux priorités fixées par le G20 en 2011 et répond aux souhaits de l’Autorité de régulation financière européenne (ESMA). La France rejoint ainsi les onze pays d’Europe2 à avoir anticipé la directive européenne, prévue pour le courant de l’année 2013.

Il est toutefois regrettable que cette instruction de l’AMF ne concerne pas les produits agricoles pour lesquels, rappelons-le, plus de 80% des transactions se déroulent sur les marchés de gré à gré, traduisant ainsi la financiarisation accrue à laquelle ils sont exposés. Au plus fort de la crise de 2008, 90% des transactions agricoles sur les marchés à terme ne faisaient pas l’objet d’un débouclage physique et pouvaient ainsi être considérées comme des opérations de spéculation pure.

Si cette annonce constitue une condition nécessaire pour réguler l’hypervolatilité des cours, elle n’est en aucun cas suffisante du fait d’un périmètre d’action limité. Mais, elle pourrait également conduire, à court terme, à une attractivité accrue des secteurs qui ne sont pas concernés par cette instruction, et en premier lieu les marchés agricoles, conduisant ainsi à une volatilité accrue.

Des mesures complémentaires et globales doivent donc être mises en œuvre, à l’échelle européenne mais également internationale, comme nous le précisions dans un article présentant les mesures envisagées par momagri pour endiguer les effets néfastes de la spéculation financière3.

1 L’autorité française chargée de la régulation des marchés financiers
2 Autriche, Danemark, Estonie, Espagne, Finlande, Grande-Bretagne, Hongrie, Irlande, Suède, ainsi que l’Islande et la Norvège, qui ne sont pas membres de l’UE.
3 Cf les dix propositions de momagri pour réguler la spéculation sur les marchés des matières premières agricoles : http://momagri.fr/FR/tribunes/Les-dix-propositions-de-momagri-pour-reguler-la-speculation-sur-les-marches-des-matieres-premieres-agricoles_948.html

Haut de page
Paris, le jeudi 20 juin 2019