Mouvement pour une Organisation Mondiale de l'Agriculture
momagri est un think tank présidé par Pierre Pagesse,  qui rassemble des responsables du monde agricole
et des personnalités d’horizons extérieurs (santé, développement, stratégie et défense,…).
Son objectif est de promouvoir une régulation des marchés agricoles en créant de nouveaux outils d’évaluation
(modèle économique, indicateurs,…) et en formulant des propositions pour une politique
agricole et alimentaire internationale.
Regards sur l'actualité

Des revenus plus élevés, mais toujours très volatils,
pour les agriculteurs européens

16 Avril 2012


La Commission européenne a publié le mois dernier les informations statistiques et économiques relatives à l’agriculture dans l’Union européenne (UE) pour l’année 20111.

Le premier constat dressé par la Commission est celui d’une augmentation de 3,7% du revenu agricole en 2011, en raison d’un accroissement à la fois du volume de la production et des prix.

Cette évolution positive ne doit néanmoins pas masquer les difficultés majeures auxquelles les agriculteurs européens sont confrontés.

Tout d’abord, cette augmentation des revenus est loin d’avoir été homogène au sein de l’UE. Huit pays, dont la France, ont en effet vu le revenu annuel moyen de leurs agriculteurs diminuer entre 2010 et 2011. Par ailleurs, les revenus des producteurs ont varié considérablement d’une exploitation agricole à l’autre. Ainsi, en France par exemple, le revenu annuel moyen2 des producteurs de lait a atteint 30 000 Euros en 2011, alors que celui des producteurs de viande bovine n’a pas dépassé les 14 000 Euros, soit moins de 90% du SMIC annuel.

Ensuite, la hausse globale des revenus agricoles au sein de l’UE ne doit pas faire oublier leur caractère très volatil : ils ont ainsi chuté de 13% en 2009 à l’échelle européenne, et de plus de 40% en France.

Comme nous l’avons déjà souligné3, cette instabilité très forte des revenus agricoles est extrêmement préoccupante. Les acteurs clés de notre sécurité alimentaire voient en effet leurs revenus varier considérablement d’une année sur l’autre, voire même, pour certaines productions ou sur certaines années, chuter sous le SMIC. Comment peuvent-ils, dans ces conditions, continuer à investir pour maintenir la compétitivité de leur exploitation ?

C’est pourquoi il est essentiel de réfléchir, dans le cadre de la réforme en cours de la PAC, à la mise en œuvre de mécanismes efficaces, visant à réduire la volatilité excessive des prix agricoles et à stabiliser ainsi les revenus des agriculteurs.

La proposition « Une autre PAC est possible », présentée par momagri lors du Salon de l’Agriculture, démontre clairement qu’un tel objectif pourrait être atteint, et ce, sans augmenter les dépenses budgétaires consacrées à la PAC.

1 http://ec.europa.eu/agriculture/statistics/agricultural/2011/pdf/overview_fr.pdf
2 Résultat courant avant impôts
3 Cf. Fiche momagri « Les revenus annuels des agriculteurs français peuvent varier de plus d’un tiers d’une année sur l’autre ! », http://momagri.fr/FR/chiffres-cles-de-l-agriculture/Les-revenus-annuels-des-agriculteurs-francais-peuvent-varier-de-plus-d-un-tiers-d-une-annee-sur-l-autre-_1065.html

Haut de page
Paris, le mercredi 23 avril 2014