Mouvement pour une Organisation Mondiale de l'Agriculture
momagri est un think tank présidé par Christian Pèes,  qui rassemble des responsables du monde agricole
et des personnalités d’horizons extérieurs (santé, développement, stratégie et défense,…).
Son objectif est de promouvoir une régulation des marchés agricoles en créant de nouveaux outils d’évaluation
(modèle économique, indicateurs,…) et en formulant des propositions pour une politique
agricole et alimentaire internationale.
Regards sur l'actualité

Crise laitière :
« pour une filière européenne forte et innovante »

26 Octobre 2015


Du 19 au 20 octobre ont eu lieu les premières Rencontres Laitières Européennes au pied du Mont Saint Michel, organisées par la FNPL et la FDSEA de la Manche. L’occasion de confronter les points de vue souvent divergents entre représentants laitiers européens.

Certes, discours et échanges de vues ne valent pas décrets. Cependant, ces rencontres ont le mérite de confirmer, a minima, que du côté des Etats-membres la prise de conscience de la gravité de la crise est réelle. Aucun des participants n’a ainsi rejeté les conséquences néfastes de la volatilité des marchés et de l’embargo russe, ainsi que la hausse des coûts de production.

Tout réside ensuite dans l’orientation que ces différents Etats souhaitent donner aux solutions pour y faire face. C’est là qu’apparaît une réelle fracture entre Etats-membres et leurs représentants syndicaux.

Il y a d’un côté, ceux pour qui le marché contient en lui l’antidote ultime à la crise que traverse la filière. Ainsi, l’Allemagne et le Royaume-Uni mesurent l’ampleur de la crise mais estiment contre-productifs le ralentissement de la production, et in fine toute forme de régulation notamment par la gestion des volumes.

A l’inverse, pour le président de la FDSEA 50, si le marché européen doit se tourner vers de nouveaux débouchés à l’extérieur des frontières de l’Union européenne, les outils de régulation demeurent indispensables.

Finalement, comme le souligne à propos Thierry Roquefeuil, président de la Fédération Nationale des Producteurs Laitiers (FNPL), nous nous dirigeons vers une politique du « chacun pour soi, chacun chez soi ». Il regrette ainsi une PAC « qui se délite et manque d’ambition ». Pourtant, si les avis divergent sur les solutions à apporter à la crise, les éleveurs et leurs représentants sont majoritaires à se tourner vers Bruxelles en espérant y (re)trouver une Europe pour laquelle l’Agriculture est un secteur stratégique et spécifique par rapport à tous les autres secteurs de l’économie. Il est ainsi urgent que l’Union Européenne donne un nouveau cap stratégique à la PAC en mettant en œuvre une politique à la hauteur des enjeux.


Haut de page
Paris, le samedi 23 septembre 2017