Mouvement pour une Organisation Mondiale de l'Agriculture
momagri est un think tank présidé par Christian Pèes,  qui rassemble des responsables du monde agricole
et des personnalités d’horizons extérieurs (santé, développement, stratégie et défense,…).
Son objectif est de promouvoir une régulation des marchés agricoles en créant de nouveaux outils d’évaluation
(modèle économique, indicateurs,…) et en formulant des propositions pour une politique
agricole et alimentaire internationale.
Regards sur l'actualité

Crise de l’élevage :
l’Union européenne sur des charbons ardents

7 Septembre 2015


La crise de l’élevage en France et en Europe n’aura pas connu de répit cet été. Bien au contraire. Aujourd’hui les secteurs du lait, du porc et de la viande bovine sont touchés, alors que les revenus des céréaliers français sont en berne malgré une récolte record de blé tendre. La crise s’étend au reste de l’Europe et du monde. En Suisse, le plus grand producteur de lait annonce la cessation de sa production. En Nouvelle-Zélande, Fonterra agitait début août le chiffon rouge en annonçant une nouvelle baisse du prix d'achat à ses producteurs, à cause d'une faible demande et des stocks excédentaires. Aux Etats-Unis, les revenus des farmers sont en baisse cette année de 36% alors que le secteur laitier vit également une passe difficile (surproduction ayant entraîné une baisse des prix du lait). Au Royaume-Uni on assiste à une baisse de 25% du prix du lait sur ces douze derniers mois. La crise est globale et aigue et ce d’autant plus que les réponses et la réactivité des responsables bruxellois laissent à désirer.

Un plan stratégique sera discutée le 7 septembre à Bruxelles lors d’un conseil extraordinaire des ministres européens de l’agriculture afin de prendre des mesures à court terme pour les exploitants mais aussi des initiatives structurelles pour répondre à la volatilité des prix sur les marchés agricoles. Rappelons tout de même que Phil Hogan affirmait fin août que les agriculteurs européens faisaient face à des défis et non à une crise. Pourtant, chiffres à l’appui, la conjoncture demeure déprimée et la chute des prix se poursuit. Pour le lait, Selon ATLA (Association de la Transformation Laitière en France), « la demande mondiale continue de progresser (+2,1 %), mais l'offre a trop augmenté (+3,1 %) ». Résultat, les prix mondiaux du beurre et de la poudre ont décroché - de -10 % à 2.217,50 euros la tonne pour le beurre et -5,6 % pour la poudre au premier semestre.

Les voix sont pourtant de plus en plus nombreuses à réclamer une stratégie européenne sur le long terme. Mais pour cela l’Union européenne doit se départir de ses réflexes néo-libéraux fondés sur la croyance absolue dans les vertus du marché et reconnecter la politique agricole commune aux réalités agricoles du marché. La réunion du 7 septembre permettra-t-elle d’engager les réformes structurelles en ce sens ?


Haut de page
Paris, le jeudi 23 novembre 2017