Mouvement pour une Organisation Mondiale de l'Agriculture
momagri est un think tank présidé par Christian Pèes,  qui rassemble des responsables du monde agricole
et des personnalités d’horizons extérieurs (santé, développement, stratégie et défense,…).
Son objectif est de promouvoir une régulation des marchés agricoles en créant de nouveaux outils d’évaluation
(modèle économique, indicateurs,…) et en formulant des propositions pour une politique
agricole et alimentaire internationale.
Regards sur l'actualité

Brésil, champion agricole

16 Juin 2014


Le Mondial a débuté le 12 juin dernier, l’occasion de se pencher sur l’agriculture du pays organisateur de la coupe, le Brésil. Alors que les pronostics annoncent le Brésil vainqueur, le pays excelle également en matière de politique agricole.

Le Brésil mise ainsi sur son agriculture, en tant que vecteur de puissance, facteur de stabilisation politique et social, et moteur économique de premier plan. Puissance agricole incontournable, le pays compte pour 7,3 % des exportations agricoles mondiales et s’impose en tant que troisième exportateur mondial de produits agricoles derrière l’Union européenne et les Etats-Unis. Le soja demeure le principal produit exporté, suivi de la canne à sucre (sucre et éthanol), la viande (essentiellement de volaille et de bœuf), le café et les céréales.

Une réussite due notamment à la spécificité de l’approche brésilienne qui repose à la fois sur l’agriculture agro-industrielle et sur l’agriculture familiale, dont l’Etat a fait le choix de soutenir le développement notamment à travers la stratégie « Faim Zéro ». Une stratégie qui agit sur la facilitation de l’accès à une alimentation adéquate, le soutien à l’agriculture, les activités génératrices de revenus et la participation sociale.

Bien que contraint par d’importants handicaps (manque d’infrastructures, de voies praticables, mauvaise gestion des ressources, mauvaise répartition des gains de productivité agricole…), le pays est ainsi devenu en une trentaine d’années la « ferme monde ».

Momagri suit de très près les évolutions de l’agriculture brésilienne car le SGPAA (indicateur de Soutiens Globaux à la Production Agricole et Alimentaire établi par momagri) du Brésil tend à augmenter régulièrement (+55% entre 2007 et 2012) et dépasse celui de l’Union européenne par habitant en 2013-2014.

Ces choix stratégiques opérés par la « ferme monde » sont justement ceux qui pourraient largement jouer en défaveur de l’Union européenne dans le cadre des pourparlers sur l’accord de libre-échange UE/Mercosur. Si les organisations comme le Copa-Cogeca s’opposent à ces négociations, c’est bel et bien qu’il existe un risque réel de déstabilisation du secteur agricole européen, en particulier pour les secteurs de la viande bovine, de la volaille et du porc.

Nous avons pourtant la possibilité aujourd’hui de réorienter la PAC pour éviter que notre situation ne s’aggrave, et ainsi prendre un nouveau cap stratégique à même de garantir notre ambition internationale et d’offrir à nos agriculteurs des armes adaptées à l’environnement instable dans lequel ils évoluent.


Haut de page
Paris, le jeudi 23 novembre 2017