Mouvement pour une Organisation Mondiale de l'Agriculture
momagri est un think tank présidé par Pierre Pagesse,  qui rassemble des responsables du monde agricole
et des personnalités d’horizons extérieurs (santé, développement, stratégie et défense,…).
Son objectif est de promouvoir une régulation des marchés agricoles en créant de nouveaux outils d’évaluation
(modèle économique, indicateurs,…) et en formulant des propositions pour une politique
agricole et alimentaire internationale.
Regards sur l'actualité

Agriculture brésilienne :
des soutiens budgétaires à la hauteur des enjeux

9 Juillet 2012


Le 28 juin dernier, la présidente du Brésil Dilma Rousseff a annoncé la mise en œuvre d’un programme de prêts agricoles à hauteur de 57 milliards de Dollars (115 milliards de Reais) pour la saison 2012-2013.

Ce programme a pour objectif d’augmenter la productivité de l’agriculture, et de renforcer ainsi le rôle de ce secteur en tant que levier de la croissance économique brésilienne, particulièrement dans ce contexte de crise globale. Selon la présidente de la Confédération agricole nationale, la sénatrice Katia Abreu, un tel programme devrait également permettre au Brésil de consolider encore davantage sa position sur les marchés agricoles mondiaux. D’ici 2050, a-t-elle déclaré, « la plupart des pays du monde consommeront des produits agricoles brésiliens ».

Ce nouveau programme de prêts agricoles rappelle bien à quel point le Brésil considère l’agriculture comme un secteur éminemment stratégique, qu’il s’agisse de la stabilité économique et sociale du pays, de sa sécurité alimentaire, ou encore de son rang de puissance mondiale.

On est donc loin de l’image d’Epinal d’une agriculture brésilienne non subventionnée, libérée de toute entrave étatique. Le Brésil ne cesse de renforcer son soutien au secteur agricole, par le biais de canaux divers : achats d’intervention, bonification des taux d’intérêt, mais également par un soutien direct des prix agricoles, par une gestion des approvisionnement tout au long de la chaîne de valeur et par une fiscalité avantageuse favorisant la croissance exponentielle des biocarburants.

Faut-il pour autant blâmer le Brésil d’afficher ouvertement l’importance stratégique qu’il confère à l’agriculture, tant pour des raisons économiques que politiques, géopolitiques, voire géostratégiques ? Sûrement pas.

Il convient en revanche de mieux prendre en considération ces nombreux programmes qui, au total, aboutissent à un soutien global moyen par habitant ou en pourcentage de la valeur ajoutée produite identique à celui de l’Union européenne1.

Une conclusion bien éloignée des clichés habituels.


1 D’après l’étude réalisée par momagri dans le cadre de l’Agence momagri sur les Soutiens Globaux à la Production Agricole (SGPA). Les résultats de cet indicateur sont disponibles sur notre site internet pour les Etats-Unis et l’UE (cf. http://momagri.fr/FR/communiques-de-presse/SGPA-Soutiens-Globaux-a-la-Production-Agricole--Les-Etats-Unis-soutiennent-pres-de-trois-fois-plus-leur-agriculture-par-habitant-que-l-Union-Europeenne_1123.html)
et seront publiés d’ici octobre 2012 pour le Brésil.

Haut de page
Paris, le mardi 29 juillet 2014