Mouvement pour une Organisation Mondiale de l'Agriculture
momagri est un think tank présidé par Christian Pèes,  qui rassemble des responsables du monde agricole
et des personnalités d’horizons extérieurs (santé, développement, stratégie et défense,…).
Son objectif est de promouvoir une régulation des marchés agricoles en créant de nouveaux outils d’évaluation
(modèle économique, indicateurs,…) et en formulant des propositions pour une politique
agricole et alimentaire internationale.
Regards sur l'actualité

Acteurs de l’agroalimentaire français :
« vous prendrez bien une petite tasse d’anxiété ? »

25 Novembre 2013


«C'est un cri d'alarme que nous voulons lancer », s’élève Philippe Mangin, président de Coop de France, le 14 novembre dernier. « Des drames comme en Bretagne, nous en aurons ailleurs sur le territoire», alerte Xavier Beulin ; «On est dans un tunnel, et on ne voit pas la sortie», renchérit Jean-Philippe Girard, président de l'Association nationale des industries alimentaires (Ania). L’Ania, Coop de France et la FNSEA se dressent ensemble pour agiter le chiffon rouge : oui, le secteur agroalimentaire français est mal en point, et la crise bretonne, ne pourrait en être qu’une préfiguration1.

La loi d’Avenir agricole, présentée le 13 novembre dernier, ne réjouit pas toutes les organisations agricoles et agroalimentaires (notamment en raison de l’absence de volet recherche et innovation), et cristallise davantage les pressions fiscales et réglementaires qui contraindrait la filière et fragiliserait sa compétitivité, notamment face à la concurrence allemande. Finalement de la production de bovins à celle de volailles, de la distorsion sociale entre compétiteurs européens à la guerre des prix entre les distributeurs, c’est l’ensemble des acteurs de la chaîne agroalimentaire qui est aujourd’hui malmené.

Les professionnels s'attendent à un recul de 1 % de la production agro-industrielle pour la deuxième année consécutive, alors qu'elle augmente de 2,5 % dans le monde. Quelques 5 000 emplois seraient menacés cette année, alors que les défaillances d’entreprises dans le secteur ont augmenté de près de 10% au premier semestre 2013, par rapport à l’année précédente. L’excédent commercial du secteur devrait également chuter à 8,5 milliards EUR, contre 9,2 milliards en 2012. Ainsi, alors que la France était encore il y a quelques années le leader des exportations agroalimentaires, elle a cédé sa place de quatrième exportateur mondial au Brésil.

Pour l’heure, aucune sortie de crise ne paraît se dégager, mais des questions demeurent brulantes et en suspens. Comment faire face aux défis agricoles contemporains que représentent l’hypervolatilité des prix agricoles, ou encore la pression de la concurrence, non seulement intra-européenne mais mondiale ? Comment penser à l’avenir de l’Agriculture européenne, si la compétitivité sur les marchés du secteur agricole et agroalimentaire est bradée ? Avec la PAC de 2015, dont le budget 2014-2020 a été arrêté le 21 novembre dernier, ces questions ne sont pas prêtes d’être résolues…


1 Lisez la récente analyse de momagri sur la crise bretonne http://momagri.org/FR/editos/Crise-agricole-bretonne-et-crise-de-l-Euro-deux-symptomes-d-une-Europe-en-panne-de-strategie_1332.html
Haut de page
Paris, le lundi 25 septembre 2017