Mouvement pour une Organisation Mondiale de l'Agriculture
momagri est un think tank présidé par Christian Pèes,  qui rassemble des responsables du monde agricole
et des personnalités d’horizons extérieurs (santé, développement, stratégie et défense,…).
Son objectif est de promouvoir une régulation des marchés agricoles en créant de nouveaux outils d’évaluation
(modèle économique, indicateurs,…) et en formulant des propositions pour une politique
agricole et alimentaire internationale.
Regards sur l'actualité

25 ans après la chute du Mur de Berlin,
le monde poursuit sa mutation

10 Novembre 2014


Il y a cinq ans Momagri s’était penché sur les défis en matière de gouvernance économique mondiale, 20 ans après la victoire (à la Pyrrhus ?) du capitalisme sur le communisme1, alors que le monde sortait exsangue de la crise économique et financière et de ses conséquences sur les équilibres mondiaux et nationaux. Le 9 novembre dernier nous fêtions les 25 ans de la chute du Mur, et le monde poursuit sa mutation.

Dans la nouvelle donne géopolitique marquée par des menaces protéiformes, les flux commerciaux et financiers ont évolué, particulièrement, depuis la dernière crise économique. Les cadres qui ont favorisé l’émergence de la mondialisation se fissurent, à l’image de l’échec du cycle de Doha. De nouveaux ensembles régionaux tentent de tirer leur épingle du jeu. On songe notamment aux BRICS, alors que les partenariats multilatéraux de libre-échange en dehors des cadres traditionnels (OMC, FMI…), connaissent un réel essor.

Sur le plan idéologique les lignes ont également bougé. Si Francis Fukuyama livrait récemment pour le Wall Street Journal son point de vue sur la permanence des vertus du modèle démocratique et libéral 25 ans après la chute du Mur et la publication de son essai sur la « fin de l’histoire », les visions iconoclastes sur les bienfaits absolus du libre-échange se multiplient depuis une décennie.

Ceci est particulièrement vrai pour l’agriculture et la sécurité alimentaire. Ainsi de nombreux postulats ultra-libéraux, encore portés par certains caciques des organisations internationales à l’instar de l’OMC, sont aujourd’hui battus en brèche.

La financiarisation extrême des marchés agricoles et le développement erratique et hors de contrôle de ces vingt dernières années des marchés de gré à gré (OTC en anglais), ont abouti à une spéculation excessive sur ces marchés, avec pour corollaire l’hypervolatilité des prix alimentaires, à l’origine de la crise alimentaire de 2007/2008. Ainsi, la vision des partisans d’une régulation des cours agricoles par la seule « main invisible » du marché, s’est avérée non seulement utopique mais dangereuse pour l’Agriculture et la sécurité alimentaire.

Parallèlement à cette prise de conscience de l’imperfection des marchés et des modèles économiques lesquels ils reposent, voilà quelques années que la nature stratégique et spécifique de l’agriculture est de plus en plus revendiquée.

Se pose alors la question de la place de l’Agriculture et de la sécurité alimentaire dans le cadre de la gouvernance économique mondiale dont les contours, qui prennent formes, demeurent encore flous. Faire valoir stratégique, variable d’ajustement ou véritable moteur de croissance et de développement ? Certaines puissances agricoles ont d’ores et déjà fait leur choix, sans pour autant sombrer dans l’excès inverse d’un repli protectionniste. L’Europe peine quant à elle à se construire en tant que puissance de premier plan et ce depuis la chute du Mur. Son agriculture souffre du manque de volonté politique et d’une politique agricole qui finalement divise plus qu’elle ne fédère.

C’est pourquoi, face à des menaces toujours plus nombreuses et importantes depuis la fin du système bipolaire imposé par la guerre froide, il est aujourd’hui temps pour l’Europe de redonner de l’importance à l’impératif de sécurité alimentaire et ce pour assurer son indépendance politique, son rayonnement mondial, et sa contribution à la coopération internationale.


Retrouvez l’analyse de momagri en suivant ce lien http://www.momagri.org/FR/editos/20-ans-apres%85-Les-defis-d-un-nouveau-capitalisme_581.html

Haut de page
Paris, le dimanche 19 novembre 2017