Mouvement pour une Organisation Mondiale de l'Agriculture
momagri est un think tank présidé par Christian Pèes,  qui rassemble des responsables du monde agricole
et des personnalités d’horizons extérieurs (santé, développement, stratégie et défense,…).
Son objectif est de promouvoir une régulation des marchés agricoles en créant de nouveaux outils d’évaluation
(modèle économique, indicateurs,…) et en formulant des propositions pour une politique
agricole et alimentaire internationale.
Regards sur l'actualité

2015 : une année difficile pour l’agriculture américaine

6 Avril 2015


Exposée aussi bien à une hausse de risques financiers et géopolitiques (embargo russe, poids de la compétitivité-prix, chute du prix du pétrole, fragilité des économies de partenaires commerciaux…), qu’à des risques climatiques (sécheresse, inondations…) et de marché permanents, l’année 2015 ne devrait pas être particulièrement clémente avec l’agriculture américaine. En effet :
    - Les revenus agricoles américains devraient chuter de 32% en 2015, soit leur niveau le plus bas en six ans, passant de 108 milliards USD en 2014 contre 73,6 milliards en 2015, selon de récentes prévisions de l’USDA. Par ailleurs, la hausse possible des taux d’intérêts pourrait mettre à mal les capacités d’emprunts des farmers.

    - Toujours selon l’USDA, l’excédent commercial agroalimentaire devrait connaître un net recul, et se situerait aux alentours de 27 milliards USD, soit le plus faible niveau depuis 2009, avec une contraction estimée à 1 milliard USD des exportations des produits agricoles et agroalimentaires vers la Chine. Ainsi, le montant des exportations agroalimentaires passeraient de 152,5 à 143,5 milliards USD entre 2014 et 2015.

    - Les prix de certains produits agricoles devraient poursuivre leur baisse, comme ceux du lait en raison notamment de sa surabondance sur le marché américain (décision chinoise de stocker le lait en poudre, conséquences de l’embargo russe), Mais également du maïs (qui passe de 8$ le boisseau en 2012 à 4 $ en 2015) et du soja (aujourd’hui à 9,80 USD le boisseau contre 14,40 USD).

    - Enfin, le vieillissement de la population agricole va se poursuivre, alors que l’âge moyen d’un exploitant est de 58 ans. De 2007 à 2012 le nombre de farmers entre 35 et 44 ans a ainsi plongé de 24%.
L’Europe fait face aux mêmes défis, mais bataille-t-elle pour la survie de son agriculture à armes égales ? Si il ne s’agit pas de dresser un panégyrique de la politique agricole américaine – l’Agriculture U.S est loin d’être exempte de déséquilibres structurels – on ne peut que constater le différentiel de traitement du secteur agricole des deux côtés de l’Atlantique.

En effet, si les perspectives pour 2015 peuvent s’avérer anxiogènes pour les farmers américains, il s’agit de prévisions à court terme qui n’entament en rien la confiance de ces derniers dans les capacités de rayonnement et d’adaptabilité de leur agriculture. Les dispositifs de soutien assurés par le Farm Bill (programmes d’assurance récolte/chiffre d’affaires visant à se prémunir de l’instabilité des marchés et des aléas climatiques) et un budget de 956 milliards de dollars autorisé pour les 10 prochaines années, garantissent le revenu des farmers pour la décennie à venir.

Notre politique agricole commune peut-elle en dire autant ? A contre-courant des grandes politiques agricoles actuelles, elle n’est plus le reflet des spécificités agronomiques, sociétales, économiques et culturelles de l’agriculture européenne. Momagri suggère ainsi de donner un nouveau cap stratégique à la PAC, en mettant à profit la période qui s’ouvre jusqu’à la révision du cadre financier pluriannuel européen en 2017.


Haut de page
Paris, le jeudi 23 novembre 2017