Mouvement pour une Organisation Mondiale de l'Agriculture
momagri est un think tank présidé par Christian Pèes,  qui rassemble des responsables du monde agricole
et des personnalités d’horizons extérieurs (santé, développement, stratégie et défense,…).
Son objectif est de promouvoir une régulation des marchés agricoles en créant de nouveaux outils d’évaluation
(modèle économique, indicateurs,…) et en formulant des propositions pour une politique
agricole et alimentaire internationale.
Regards sur l'actualité

« La France n’a pas de pétrole mais elle a du blé »1

29 Juin 2015


« Le blé, enjeux géopolitiques et diplomatie économique ». Voici le thème ambitieux d’un colloque organisé à Paris par l’IRIS (Institut des Relations Internationales et Stratégiques) et l’AGPB (Association Générale des Producteurs de Blé) le 18 juin dernier. Pour en parler, Sébastien Abis2, chercheur associé à l’IRIS et administrateur au CIHEAM, mais également des spécialistes et des opérateurs des marchés céréaliers français et internationaux. Tous ont abordé l’importance géostratégique et la complexité des enjeux qui sont liés au « pétrole doré », manne vitale, ancestrale et spécifique soumise à des risques tant endogènes qu’exogènes.

La consommation mondiale de blé a triplé ces 50 dernières années, aujourd’hui 3 milliards d’individus en consomment. 70% de la production du blé sert à nourrir les hommes avec des stocks, difficile à estimer en raison de l’absence de chiffres fiables, concentrés notamment en Chine. Enfin, pourcentage des plus révélateurs : 85% de la production mondiale du blé est réalisée par dix Etats, dont le pouvoir stratégique est ainsi indéniable. A contrario, un tiers des importations céréalières se concentre en Afrique du nord et au Proche-Orient, l’Egypte étant le premier importateur mondial de blé. On comprend mieux pourquoi Sébastien Abis parle d’« hyperdépendance céréalière » pour qualifier cette zone géographique.

Ainsi, le blé illustre non seulement les tensions mondiales – on a pu le constater lors de la guerre froide, on le constate parfois cruellement aujourd’hui quand les céréales deviennent un enjeu de pouvoir pour l’Etat Islamique – il représente également un atout stratégique majeur et évolue au cœur des marchés internationaux toujours plus financiarisés. Comment comprendre autrement l’utilisation par la Russie de l’arme alimentaire ? L’enjeu crucial de la maîtrise du secteur céréalier dans la crise ukrainienne ? Les alliances stratégiques qui se créent entre l’Australie et la Chine par exemple ? Comment enfin comprendre les visées internationales des Etats-Unis à travers le Farm Bill ?

Sur cet échiquier, la croissance américaine des années 90 a été rattrapée par la montée en puissance sur la décennie 2000 des pays de la mer Noire sur les marchés internationaux, mais également des pays émergents comme la Chine. En Europe, la France s’impose en tant que premier exportateur de blé, qui recouvre 10% des surfaces cultivées de l’hexagone. Avec un solde positif de 8,4 milliards d'euros en 2014, soit l'équivalent de 76 Rafale, le secteur des céréales constitue le second poste agroalimentaire après les vins et les spiritueux. La France est ainsi au cœur de ces enjeux géostratégiques.

Plus globalement, Il n’est plus possible aujourd’hui d’ignorer le poids de l’agriculture et de la sécurité alimentaire sur l’agenda international et la tenue de ce colloque en est la parfaite illustration. Les crises alimentaires de 2007 et 2008 ont par ailleurs fait prendre conscience de l’importance de ces deux enjeux majeurs du XXIe siècle. Pourtant, si le blé et l’agriculture dans son ensemble représentent des vecteurs incontournables de la diplomatie économique, française notamment, faute d'une Politique Internationale de l'Agriculture tournée vers la coopération internationale, c’est finalement la sécurité alimentaire de nos pays que l’on risque de brader.


1 Phrase employée par Sébastien Abis lors du colloque
2 Sébastien Abis vient de publier l’ouvrage "Géopolitique du blé, un produit vital pour la sécurité mondiale".


Haut de page
Paris, le lundi 25 septembre 2017