Mouvement pour une Organisation Mondiale de l'Agriculture
momagri est un think tank présidé par Christian Pèes,  qui rassemble des responsables du monde agricole
et des personnalités d’horizons extérieurs (santé, développement, stratégie et défense,…).
Son objectif est de promouvoir une régulation des marchés agricoles en créant de nouveaux outils d’évaluation
(modèle économique, indicateurs,…) et en formulant des propositions pour une politique
agricole et alimentaire internationale.
Regards sur l'actualité

« L’agriculture est plus importante que l’aéronautique »

16 Novembre 2015


« L’agriculture est plus importante que l’aéronautique ». Voici une annonce du ministre de l’Agriculture du Québec, Pierre Paradis, qui révèle une fois de plus la nature stratégique de ce secteur pourtant encore malmené tant par des politiques agricoles inadaptées que par des accords de libre-échange qui le vulnérabilisent.

Ce propos de Pierre Paradis repose sur une étude de l’Institut du Québec selon laquelle l’industrie agroalimentaire représente 10% du PIB (Produit Intérieur Brut) du Québec. Elle connait ainsi une croissance annuellement supérieure à l’économie globale de la province, en soutenant directement ou indirectement un demi-million d’emplois dans toutes les régions du Québec.

Concernant les exportations agricoles, c’est le secteur du porc qui demeure le champion, surtout en direction des Etats-Unis. Les revenus du marché du porc totalisaient 1,3 milliard $ en 2013, en croissance constante depuis 10 ans. Par ailleurs, la volaille, les œufs et le lait représentent 40 % de l’industrie agroalimentaire québécoise.

Le rôle prépondérant de l’Agriculture et de la sécurité alimentaire en tant que vecteur de croissance et de puissance est irréfutable. A l’échelle mondiale, les exportations des secteurs agricole et agroalimentaire en 2012 ont représenté près de 58 Milliards EUR soit l’équivalent de 3 Airbus A380 par semaine. En France, l’Agriculture et l’Agroalimentaire représentent le second poste excédentaire de la balance commerciale après l’aéronautique (avec 19%).

Pourtant, si l’Agriculture représente un actif stratégique majeur pour le Québec, il paraît paradoxal, ainsi que le soulève Marcel Groleau de l’Union des producteurs agricoles (UPA), qu’elle subisse également d’importantes coupes budgétaires, de l’ordre de 25% cette année, à l’image de celles observées en Europe dans le cadre de la PAC, avec une baisse de 13,7 % par rapport à la période 2007-2013.

La protection des agriculteurs et des consommateurs des risques exogènes et endogènes qui pèsent sur ce secteur spécifique et stratégique pèche encore trop souvent par manque de réelle ambition. Cependant, l’ardeur avec laquelle les Canadiens ont défendu la politique de gestion de l’offre dans le cadre de partenariat transpacifique (PTP), est révélatrice d’une mobilisation grandissante de puissances agricoles de plus en plus conscientes des risques d’une libéralisation non régulée des marchés agricoles.


Haut de page
Paris, le lundi 25 septembre 2017