Mouvement pour une Organisation Mondiale de l'Agriculture
momagri est un think tank présidé par Christian Pèes,  qui rassemble des responsables du monde agricole
et des personnalités d’horizons extérieurs (santé, développement, stratégie et défense,…).
Son objectif est de promouvoir une régulation des marchés agricoles en créant de nouveaux outils d’évaluation
(modèle économique, indicateurs,…) et en formulant des propositions pour une politique
agricole et alimentaire internationale.
Regards sur l'actualité

« Faire de l’agriculture une réussite »

2 Novembre 2015


Du 22 au 23 octobre s’est tenu à Belfast, en Irlande du nord, le 37eme Congrès de politique agricole d’Amérique du nord et de l’Union européenne (NAEU 2015). Réunissant plus de 300 membres de délégations venues des Etats-Unis, du Canada, du Mexique et de l’Union européenne, cette rencontre a été l’occasion d’aborder les principaux défis auxquels sont confrontés les agriculteurs des deux côtés de l’Atlantique.

Les sujets les plus brûlants ont été discutés, notamment le partenariat transatlantique en cours de négociation ou encore les conséquences de l’embargo russe sur les marchés du lait et du porc. Ainsi, les intervenants ont regretté l’insuffisance du plan européen de crise doté de 500 millions d'euros. Quant au partenariat transatlantique si la majorité des personnalités présentes sur place ne s’est pas opposée à sa conclusion, il représente un risque contre lequel il faut se prémunir en réunissant toutes les conditions pour garantir l’avenir des agriculteurs notamment européens.

Plus globalement, pour Martin McGuinness, vice-Premier ministre d’Irlande du Nord, « les défis auxquels nous sommes confrontés mettent clairement en évidence la nature et la structure de l'industrie, en particulier sa vulnérabilité à la volatilité du marché mondial. Et si « la crise mondiale peut être causée par des facteurs hors de notre contrôle, leur impact peut être influencé et géré ».

Géré notamment collectivement. Car au-delà des positions de chacun lors de ce 37e Congrès, la coopération et la gouvernance collective étaient le fil conducteur de cette rencontre. Une piqûre de rappel salutaire, dans un contexte où bon nombre de politiques s’obstinent à démanteler des mécanismes pourtant indispensables aux agriculteurs, méconnaissent les réalités agricoles et surtout ne reconnaissent pas que l’agriculture est avant tout stratégique et spécifique et qu’elle doit être abordée comme telle.

L’amélioration de la gouvernance mondiale n’est plus une option mais une nécessité en matière de sécurité alimentaire et d’agriculture. Ainsi que le préconise momagri, elle pourrait à terme s’incarner dans un Conseil de sécurité alimentaire qui coordonnerait l’action des Institutions internationales concernées. Cependant, sans volonté politique, sans véritable engagement des Etats à poursuivre ces objectifs, sans prise de conscience collective des dangers d’un libéralisme non régulé, la mise en place de cette gouvernance agricole mondiale pourrait être une entreprise particulièrement difficile.


Haut de page
Paris, le vendredi 17 novembre 2017