Mouvement pour une Organisation Mondiale de l'Agriculture
momagri est un think tank présidé par Christian Pèes,  qui rassemble des responsables du monde agricole
et des personnalités d’horizons extérieurs (santé, développement, stratégie et défense,…).
Son objectif est de promouvoir une régulation des marchés agricoles en créant de nouveaux outils d’évaluation
(modèle économique, indicateurs,…) et en formulant des propositions pour une politique
agricole et alimentaire internationale.
Paris, le 19 Novembre 2012

Politiques agricoles : le décrochage de l’Union Européenne



… révélé par les résultats de l’indicateur SGPA (Soutiens Globaux à la Production Agricole) pour les quatre grandes puissances agricoles de la planète (Brésil, Chine, Etats-Unis, Union Européenne)



Au cours de la période 2005-2010, les soutiens globaux à la production agricole (SGPA)1 par habitant ont très fortement augmenté en Chine, au Brésil et aux Etats-Unis respectivement de + 130%, + 60 % et + 40%, alors que dans l’Union Européenne, ils se sont à peine maintenus à leur niveau de 20052.

Ainsi, en dépit des déclarations sur le maintien du budget de la PAC, ces résultats démontrent que l’Europe fait depuis 2005 un choix opposé à celui des autres grandes puissances de la planète, qui investissent massivement pour garantir la sécurité alimentaire de sa population.

En valeur absolue, l’indicateur SGPA 2010 classe en première position les Etats-Unis avec 163 milliards USD. Viennent ensuite la Chine avec 154 milliards USD, l’UE avec 101 milliards USD et le Brésil avec 38 milliards USD. En pourcentage de la valeur des productions agricoles, les Etats-Unis occupaient toujours le premier rang avec des soutiens agricoles qui représentaient 48% contre 24% pour l’UE et le Brésil et 20 % pour la Chine.

Au-delà des chiffres, l’analyse des politiques montre des convergences entre le Brésil et les Etats-Unis qui déploient des politiques de soutien à la compétitivité et de stimulation de la demande intérieure. C’est ainsi que les agriculteurs de ces pays réputés pour leurs positions libérales, bénéficient d’outils de régulation qui passent :
    - pour le Brésil, par des interventions directes sur les marchés, par des dispositifs de stockage et par des aides au développement des biocarburants (42% du SGPA brésilien) ;

    - pour les Etats-Unis, par des aides contra cycliques complétées par des mécanismes assurantiels et un large dispositif d’aide alimentaire interne.
Quant à la Chine, le gouvernement mène une politique interventionniste et de sécurisation de sa production agricole qui prend notamment la forme de prix minimum garantis (258 USD/t pour le blé, 291 USD/t pour le riz en 2010), d’aides directes au revenu, de programmes de protection sociale et d’allègements fiscaux … .

A l’inverse, l’Union Européenne est la seule à faire des soutiens découplés de la production, assortis de critères de verdissement, le socle de sa politique agricole.

Le verdict est sans appel : la baisse des soutiens et leur inadaptation entrainent un décrochage de l’UE d’autant plus préoccupant qu’il serait aggravé par le projet de réforme de la PAC.

Si l’UE persiste avec cette réforme de la PAC, ce décrochage aboutira à des conséquences gravissimes pour l’agriculture et les industries agro-alimentaires. En France, principal producteur de l’UE, la désindustrialisation risque de frapper ce secteur qui est un des premiers employeurs et contributeur à la balance commerciale.

 
 

Momagri appelle l’attention des responsables politiques européens. Il ne s’agit pas de plaider pour plus de subventions, mais pour l’adoption de mécanismes de régulation des prix et donc des revenus. Ainsi en est-il des dispositifs contra-cycliques comme le préconise momagri dans son projet « Une autre PAC est possible ».

 
 
 

Contact presse :
Dominique Lasserre
dominique.lasserre@momagri.org




SGPA, un indicateur au service de la transparence des politiques agricoles et de l’émergence d’une gouvernance mondiale de l’agriculture

L’indicateur SGPA répertorie l’ensemble des soutiens publics, budgétaires, extrabudgétaires, destinés à l’ensemble de la filière agricole, au sein d’une nomenclature en dix classes allant des soutiens directs couplés à la production, aux soutiens à caractère stratégique.

Ainsi, les résultats du SGPA sur la période 2005 à 2010 révèlent un net décrochage de la PAC comparée aux politiques agricoles brésilienne, chinoise et américaine.


Graphique 1 : Comparaison SGPA par habitant : UE, USA, Brésil, Chine, 2005-2010, monnaies nationales.

Graphique 2 : Comparaison SGPA : UE, USA, Brésil, Chine, 2005-2010, milliards USD.

Graphique 3 : Comparaison SGPA en pourcentage de la valeur de la production agricole nationale : UE, USA, Brésil, Chine, 2005-2010, %.


1 En monnaies nationales.
2 Et en Euros constants, les soutiens globaux à la production agricole ont baissé de 3% dans l’UE.
Haut de page
Communiqués de presse
Paris, le jeudi 20 juin 2019