Mouvement pour une Organisation Mondiale de l'Agriculture
momagri est un think tank présidé par Pierre Pagesse,  qui rassemble des responsables du monde agricole
et des personnalités d’horizons extérieurs (santé, développement, stratégie et défense,…).
Son objectif est de promouvoir une régulation des marchés agricoles en créant de nouveaux outils d’évaluation
(modèle économique, indicateurs,…) et en formulant des propositions pour une politique
agricole et alimentaire internationale.
Chiffres-clés de l’Agriculture
Les revenus annuels des agriculteurs français peuvent varier de plus d’un tiers d’une année sur l’autre !
 
-En 2008, le revenu annuel moyen1 des agriculteurs français s’élevait à 25 300 euros.

-En 2009, ce revenu chutait de plus de 40% pour s’établir à 14 200 euros, soit moins de 90% du SMIC annuel2.

-Il s’est stabilisé autour 30 000 euros en 2010-2011.3

Qu’en sera-t-il pour 2012 ?

Aucune autre profession ne voit ses revenus varier autant d’une année sur l’autre ! Qui plus est autour d’une moyenne aussi faible par rapport au revenu moyen des ménages.

La PAC a longtemps permis de combattre avec efficacité la tendance à l’instabilité des revenus agricoles. Celle-ci s’est accentuée au cours des dernières années, en même temps que les OCM étaient démantelées.

4

Au-delà de leur instabilité, les revenus agricoles décrochent de la moyenne nationale à partir du milieu des années 1970…

Alors que les salaires des ménages français ont eu tendance à augmenter de façon régulière
 
depuis 1970, les agriculteurs :

- ont vu leur revenu tendanciel s’effondrer (indice 140 en 2010 contre plus de 200 pour le revenu des ménages)

- subissent une instabilité très forte qui aggrave les effets de cette tendance baissière.

… en raison de facteurs politiques mais aussi économiques

Cette instabilité des revenus et leur baisse tendancielle sont la conséquence de plusieurs évolutions :

- le démantèlement des mécanismes de régulation au sein de la Politique agricole commune (PAC), entamé dès 1992 , qui s’est traduit par un retour en force de la volatilité des prix agricoles, qui peuvent varier de 30 à 70% en quelques mois pour les céréales5;

- l’accroissement du prix des consommations intermédiaires (engrais, énergie, …).

Or, cette instabilité des revenus agricoles met en péril la pérennité de notre agriculture et la compétitivité des industries agro alimentaires.

En effet, dans un contexte où les agriculteurs investissent et s’endettent lourdement pour être toujours plus compétitifs, ces variations de revenus peuvent leur être fatales.

Pour momagri, il est urgent de définir une politique de régulation qui assure aux agriculteurs des revenus plus stables et qui couvrent les coûts de production.

Sans quoi, les agriculteurs français quitteront aussi la terre, à l’égal des paysans des pays les plus pauvres.

1 Le revenu annuel moyen est le résultat courant avant impôts par actif non salarié = (produits d’exploitation + résultats divers & produits financiers) – (charges d’exploitation + charges financières).
2 Qui s’établissait à 16 052,40€ en 2009 (INSEE).
3 Ministère de l’Agriculture, décembre 2011.
4 Le revenu net n’entreprise agricole par actif est la valeur ajoutée nette à laquelle sont ajoutées les subventions d’exploitation et retranchés les imôts sur la productio. Le revenu brut disponible des ménages est la part du revenu primaire qui reste à la disposition des ménages pour la consommation et l’épargne.
5 Le prix du blé tendre a par exemple baissé de 40% entre août et décembre 2008, et de 34% entre février et juin 2011.
Haut de page
Paris, le samedi 25 octobre 2014