Mouvement pour une Organisation Mondiale de l'Agriculture
momagri est un think tank présidé par Christian Pèes,  qui rassemble des responsables du monde agricole
et des personnalités d’horizons extérieurs (santé, développement, stratégie et défense,…).
Son objectif est de promouvoir une régulation des marchés agricoles en créant de nouveaux outils d’évaluation
(modèle économique, indicateurs,…) et en formulant des propositions pour une politique
agricole et alimentaire internationale.
Chiffres-clés de l’Agriculture
Les exploitations agricoles françaises ont une surface moyenne de 55 hectares
 
La surface moyenne des exploitations françaises est de 55 hectares, soit trois fois moins qu’aux Etats-Unis (155 hectares), 12 fois plus qu’au Mali (4,5 hectares) ou 92 fois plus qu’en Chine (0,6 hectare)1.

De 1970 à 2010, la surface moyenne des exploitations agricoles françaises est passée de 21 à 55 hectares. Avec pour résultat une réduction du nombre des exploitations de 1,6 million à 490 0002.

Malgré cette évolution, les exploitations françaises ont conservé une dimension relativement modeste.


En effet, les exploitations de moins de 20 hectares représentent toujours 43% du total en 2010, contre 4% pour les exploitations de plus de 200 hectares. Le quart des exploitations agricoles ont une surface de moins de 6 hectares3.

Des spécificités régionales…

La surface moyenne des exploitations agricoles françaises résulte de plusieurs facteurs :

- géographiques : le relief et la taille du territoire français sont peu favorables au développement de très grandes exploitations ;
- historiques et culturels : le territoire français est construit selon un modèle d’exploitation familiale ;
 
… qui caractérisent le modèle agricole français et européen.

Même si la restructuration de l’espace agricole est appelée à se poursuivre, la France ne disposera jamais d’exploitations de la taille de ses grands concurrents.

En Europe de l’Est ou sur le continent américain, les exploitations qui atteignent plusieurs dizaines de milliers d’hectares ne sont pas rares.

Le record une ferme de 2,4 millions d’hectares4 en Australie, soit la taille de la Slovénie !

A l’opposé, les paysans chinois exploitent en moyenne moins de 1 hectare.

Ces différences très importantes constituent, avec les inégalités de mécanisation et de modes de production, une des raisons de la disparition de l’agriculture vivrière dans de nombreux pays africains. Elles expliquent pourquoi, faute de volonté régulatrice, le cycle de Doha était voué à l’echec.

Comment, en effet, un paysan cultivant quelques hectares pourrait-il être aussi compétitif que des managers agricoles exploitant plusieurs milliers d’hectares ?


Et pourtant, momagri l’affirme, on aura besoin de toutes les agricultures du monde pour nourrir la planète d’ici 2050.

Il est donc essentiel de définir de nouveaux modes de gouvernance qui permettent leur co-existance. Une libéralisation régulée du commerce international des productions agricoles est indispensable.

1 INSEE, ministère de l’Agriculture des Etats-Unis et ministère de l’Agriculture du Mali.
2 Ministère de l’Agriculture français
3 Recensement agricole de 2010, Ministère de l’Agriculture français
4 Au Sud de l’Australie : Anna Creek Station (nom de l’exploitation)
Haut de page
Paris, le jeudi 23 mars 2017