Mouvement pour une Organisation Mondiale de l'Agriculture
momagri est un think tank présidé par Pierre Pagesse,  qui rassemble des responsables du monde agricole
et des personnalités d’horizons extérieurs (santé, développement, stratégie et défense,…).
Son objectif est de promouvoir une régulation des marchés agricoles en créant de nouveaux outils d’évaluation
(modèle économique, indicateurs,…) et en formulant des propositions pour une politique
agricole et alimentaire internationale.
Chiffres-clés de l’Agriculture
La France perd progressivement sa place de grande puissance agricole exportatrice
 
Après avoir occupé le rang de 2ème exportateur mondial jusqu’en 1995, la France n’est plus que le 4ème exportateur mondial de produits agricoles, ex aequo avec le Brésil.

Classement 2011 des principaux pays exportateurs de produits agro-alimentaires

-Source : Global Trade Atlas
-En agrégeant les différents pays européens, l’Union Européenne des 27 se classe au 2ème rang mondial des exportateurs.

Ce classement est loin d’être figé : les tendances actuelles pourraient bien réserver des surprises en faisant entrer prochainement de nouveaux pays émergents dans les grands exportateurs mondiaux.

Evolution de la part des exportations agro-alimentaires des principaux pays dans le total des exportations agro-alimentaires mondiales de 2000 à 2011

Une perte de compétitivité de l’agriculture française

Comment expliquer cette dégradation de la France dans le concert des grandes puissances agricoles ?

Les effets du démantèlement progressif de la PAC conjugués à des facteurs internes à la France ont accéléré la perte de la compétitivité de l’agriculture française.

 
Pour momagri, cette situation provient d’abord de choix politiques de l’UE qui, pendant près de deux décennies, a ignoré le caractère stratégique de l’Agriculture et négligé le besoin d’accroitre la production.

Deux maîtres mots : innovation et régulation

Innovation et régulation sont les deux maîtres mots des politiques qui pourront redonner de la compétitivité aux agriculteurs tant sur le territoire national qu’à l’exportation.

Face à la France et l’UE, on observe que les grandes puissances politiques ont développé des politiques visant à renforcer la compétitivité de leur agriculture. Même les Etats du groupe de Cairns2, militant pour le démantèlement des politiques agricoles, disposent de politiques agricoles significatives.

Le Brésil, … pas si libéral… !

Le Brésil est la grande puissance agricole émergente depuis les années 90.

Alors qu’il affiche une position libérale, ce pays a développé des outils très performants au service de la compétitivité de son agriculture : crédits à l’investissement, soutiens des prix et aux agrocarburants…

Selon certaines estimations, ces soutiens pourraient représenter jusqu’à 15% de la valeur de la production.


Momagri appelle les responsables politiques à replacer l’agriculture au cœur des priorités nationales et de l’UE… au risque, sinon, de perdre définitivement les atouts agricoles et agro alimentaires de la France.
Au-delà de la contribution de la chaine agro-alimentaire à la balance commerciale française, c’est la sécurité alimentaire de l’Europe qui est en jeu.

1 Ce rang de 2ème exportateur mondial s’explique notamment par la position centrale dans l’Union Européenne des ports néerlandais (Rotterdam par exemple) pour l’exportation des produits agricoles européens. A ce titre, les Pays-Bas réexportent une majorité de produits agricoles importés et transformés sur place.
2 Argentine, Australie, Brésil, Canada et Nouvelle-Zélande
Haut de page
Paris, le lundi 24 novembre 2014