Mouvement pour une Organisation Mondiale de l'Agriculture
momagri est un think tank présidé par Christian Pèes,  qui rassemble des responsables du monde agricole
et des personnalités d’horizons extérieurs (santé, développement, stratégie et défense,…).
Son objectif est de promouvoir une régulation des marchés agricoles en créant de nouveaux outils d’évaluation
(modèle économique, indicateurs,…) et en formulant des propositions pour une politique
agricole et alimentaire internationale.
Chiffres-clés de l’Agriculture
Les grandes puissances politiques de la planète sont de grandes puissances agricoles
 
Classement1 des principaux pays producteurs agricoles de la planète:

1er rang : Chine
2ème rang : UE 272
3ème rang : Etats-Unis
4ème rang : Inde
5ème rang : Brésil

8ème rang : Russie
9ème rang : France
12ème rang : Allemagne
32ème rang : Pays-Bas


Le trio de tête, la Chine, l’UE et les Etats-Unis, produit près de la moitié de la production mondiale (en valeur).

Des relations étroites entre puissance agricole et pouvoir politique

Fait remarquable, ces Etats sont tous membres du G20 et pour quatre d’entre eux (Chine, Etats-Unis, France, Russie), ils font partie des membres du Conseil de Sécurité de l’ONU3.

Nombreuses sont les déclarations politiques qui ne laissent plus de doute sur l’influence géopolitique de la puissance agricole :

Dmitri Medvedev, à l’époque premier vice-Premier ministre russe, déclarait ainsi en 2008 :

La Russie a « toutes les chances de devenir une grande puissance agricole, et de récupérer [son] statut [..] perdu au XXème siècle ».

Ce classement prend davantage de sens lorsque l’on rapporte la valeur de la production agricole à la population du pays en question.

 
Apparaissent alors clairement les pays qui, dégageant une capacité exportatrice, disposent d’un pouvoir agricole et alimentaire sur la scène internationale :

1er rang : Etats-Unis
2ème rang : UE
3ème rang : Brésil
4ème rang : Chine

Des priorités nationales ou des ambitions internationales

Selon les Etats, la puissance agricole est guidée :
soit par des contraintes nationales : C’est le cas de la Chine où, avec près de 1,3 milliards d’individus, l’agriculture est une priorité nationale. L’enjeu est de taille : des émeutes de la faim seraient fatales à la paix sociale et à la stabilité du pouvoir politique.
soit par des ambitions internationales :
C’est le cas du Brésil depuis la déclaration du président Lula « Le Brésil sera la ferme du monde ».

Un autre géant talonne le peloton de tête : l’alliance Russie – Ukraine – Kazakhstan qui pourrait peser pour 25 % des exportations mondiales de blé contre 10 % à ce jour.

Ce classement témoigne d’un grand absent : le continent africain.

Pourtant, c’est sur ce continent que la croissance démographique et donc les besoins alimentaires seront les plus forts dans années à venir.

Or, parallèlement à ce déficit agricole, ce continent peine également à faire entendre sa voix dans la gouvernance politique mondiale.

Momagri évalue pour les années à venir un renforcement des relations entre puissance agricole et pouvoir politique. Cette imbrication de plus en plus étroite aura des répercussions sur la stabilité ou l’instabilité des relations internationales.

C’est pourquoi momagri appelle à la mise en place d’une gouvernance agricole et alimentaire mondiale.

1 Statistiques FAO 2009 de la production agricole totale en valeur, ce qui donne à la variable prix, un poids important. D’où, par exemple l’inversion de la courbe pour presque tous les pays à partir de 2008, en raison de la chute des prix agricoles.
2 UE : Union Européenne
3 Qui ne compte que cinq membres permanents. Seul le Royaume-Uni n’en fait pas partie.
Haut de page
Paris, le mercredi 24 avril 2019