Mouvement pour une Organisation Mondiale de l'Agriculture
momagri est un think tank présidé par Pierre Pagesse,  qui rassemble des responsables du monde agricole
et des personnalités d’horizons extérieurs (santé, développement, stratégie et défense,…).
Son objectif est de promouvoir une régulation des marchés agricoles en créant de nouveaux outils d’évaluation
(modèle économique, indicateurs,…) et en formulant des propositions pour une politique
agricole et alimentaire internationale.
Chiffres-clés de l’Agriculture
Il s’échange chaque année l’équivalent de 46 fois1 la production mondiale de blé sur le marché financier de Chicago
 
Comme plus de 80%2 de ces transactions ne passent pas par le marché de Chicago, mais se réalisent sur des marchés de gré à gré3, ce pourrait même être plus de 200 fois la production annuelle de blé qui s’échangerait sur les marchés financiers.

Les matières premières agricoles constituent désormais un placement parmi d’autres dans les stratégies de gestion de portefeuille. Comment en est-on arrivé là ? Et quelles en sont les conséquences ?

Des marchés agricoles qui se financiarisent depuis une décennie

Un marché se financiarise lorsque les biens physiques qui s’y échangent, servent massivement de sous-jacents à des produits financiers4.

Plusieurs facteurs ont contribué à la financiarisation des marchés agricoles : principalement, la déréglementation des opérations financières et l’évolution des modes de négociation sur les contrats financiers.

A cet égard, le rôle du « Commodity Futures Modernization Act » en 2000 aux Etats-Unis qui a dérégulé les produits financiers, a été déterminant.

Les opérations sur les produits agricoles se sont ainsi multipliées, non seulement sur les marchés organisés5, mais aussi sur les marchés de gré à gré, ce qui a conduit à la spéculation observée ces dernières années.

La grande majorité des transactions agricoles sur les marchés de gré à gré ne faisant pas l’objet d’un débouclage sur les marchés physiques, elles doivent être considérées comme des opérations de spéculation pure.

Conséquence : la nécessaire corrélation entre le prix sur les marchés financiers et le prix du sous-jacent physique pour que les marchés à
 
terme jouent leur rôle de couverture du risque prix pour les agriculteurs n’est plus vérifiée…

Et ce alors même que les prix des marchés financiers guident en large partie les prix des productions agricoles sur les marchés régionaux !

Pire, la spéculation qui en découle est à l’origine d’une amplification de la volatilité des prix agricoles.

Conséquence : les marchés agricoles sont devenus des marchés d’anticipation complexe sur lesquels la volatilité des prix est désormais devenue la règle !

Cette financiarisation a modifié le fonctionnement des marchés agricoles : ce n’est plus la confrontation de l’offre à la demande physique mais la psychologie des acteurs qui est déterminante dans la fixation des prix agricoles.

La volatilité des prix agricoles qui a toujours existé sur les marchés physiques, tend ainsi à s’amplifier au fur et à mesure de l’expansion de ces opérations financières.

Or, selon Warren Buffet, les opérations dérivées6 représentent une artillerie lourde propre à faire exploser le marché aux fondamentaux les plus solides7. … .

A n’en pas douter, la spéculation débridée observée ces dernières années, fait peser des risques tant sur le devenir des agriculteurs que sur la sécurité alimentaire mondiale !

Dans ce contexte, momagri salue les initiatives américaines et européennes visant à inverser le mouvement de dérégulation financière. Mais ce n’est qu’une première étape : des politiques agricoles stabilisatrices sont nécessaires pour lutter contre la volatilité des prix agricoles et assurer des revenus décents aux agriculteurs.

1 Christine Lagarde, ministre de l’Economie, lors du G20 « Finances » (18-19 février 2011), et Présidence française du G20.
2 Source Banque des Règlements Internationaux (BRI)
3 Un marché de gré à gré ou Over The Counter (OTC) est un marché sur lequel la transaction est conclue directement entre le vendeur et l´acheteur. Il s´oppose à un marché organisé où la transaction se fait avec la Bourse.
4 Contrats à terme ou futures, options ou swap
5 Les opérations sur contrats agricoles de grandes cultures sur le Chicago Mercantile Exchange ont été multipliées par 3 entre 2003 et 2010. Source Centre d’études et de prospective – septembre 2011
6 Constituent l’essentiel de l’activité des marchés financiers. Une opération dérivée ou un produit dérivé est un contrat entre deux parties, un acheteur et un vendeur, qui fixe les flux financiers futurs d’un actif sous-jacent, réel ou théorique, généralement financier.
7 B. Munier, Modélisation économique et pensée complexe. L’exemple des marchés financiarisés de matières premières.
Haut de page
Paris, le mercredi 17 décembre 2014