Mouvement pour une Organisation Mondiale de l'Agriculture
momagri est un think tank présidé par Christian Pèes,  qui rassemble des responsables du monde agricole
et des personnalités d’horizons extérieurs (santé, développement, stratégie et défense,…).
Son objectif est de promouvoir une régulation des marchés agricoles en créant de nouveaux outils d’évaluation
(modèle économique, indicateurs,…) et en formulant des propositions pour une politique
agricole et alimentaire internationale.
Articles

Refonte de l’ALENA : et si Obama s’était attelé à la tâche avant Trump ?



La rédaction de momagri



Alors que Donald Trump a fait campagne autour de la promesse de mettre fin aux négociations commerciales trans-atlantiques (TTIP) et trans-pacifiques (TPP), sa critique des accords de libre-échange s’est également portée sur l’ALENA, l’accord qui lie le Canada, les Etats-Unis et le Mexique.

Dans une tribune
1 du chercheur américain T. A Wise, ce dernier rappelle que Barack Obama, alors candidat à la fonction suprême, avait également plaidé pour gommer les « nombreux défauts » de l’ALENA. Seulement voilà : il n’a pas tenu son engagement. Le chercheur américain s’appuie notamment sur un rapport2 de novembre 2009 de la Task Force sur la politique commerciale nord-américaine auquel il a participé, et qui a réuni des experts des trois pays membres de l’accord (Canada, Etats-Unis, Mexique) afin de faire émerger des solutions concrètes.

Pour le chercheur, l’action avortée d’Obama aurait pu permettre de donner une autre forme à la contestation à l’encontre de la mondialisation et de ses effets, que celle qui a in fine conduit à l’élection de Donald Trump. Ce faisant, T.A Wise identifie deux types de contestations vis-à-vis des accords de libre-échange : d’un côté celle qui appréhende leurs effets sur les équilibres et les rapports de force entre catégories d’acteurs économiques (en particulier le pouvoir excessif donné aux entreprises pour contester les choix démocratiquement établis), de l’autre celle qui vise à dresser les pays et les peuples les uns contre les autres.

Or, il apparaît peu probable, poursuit-il, que Donald Trump révoque le chapitre 11 qui constitue le volet investissement de l’accord et qui a institué l’autorisation accordée aux entreprises de poursuivre des Etats si leurs profits étaient menacés. Par ailleurs, Donald Trump ne propose pour l’heure aucune alternative tangible à l’ALENA. Il ne prône aucune coopération au niveau des politiques industrielles des pays membres de l’ALENA en vue d’enrayer les pertes occasionnées par l’accord, mais à l’inverse campe une position ultra-protectionniste reposant sur des tarifs douaniers punitifs, la relocalisation des industries américaines sur le sol américain (« America first »), un mur avec le Mexique et des accusations multiples et variées à l’encontre de la Chine (accusation de manipulation des taux de change, menace de taxes douanières et de revenir sur le principe de la Chine unique).

Si seulement l’ancien locataire de la Maison blanche, Barack Obama, avait saisi le moment où il jouissait d’une majorité au sein du Congrès et d’un crédit certain pour renégocier les termes de l’accord, regrette T.A Wise « nous n’en serions pas là... ».

Le chercheur parle enfin de « l’harmonisation vers le haut » à l’inverse de l’asymétrie qui est née de l’ALENA, seul gage de réussite potentielle d’une quelconque réforme des accords de libre-échange. Cette recommandation est particulièrement pertinente concernant les politiques agricoles et leur manque de convergence entre le Canada, les Etats-Unis et le Mexique, et ce d’autant plus si l’on considère les dommages occasionnés par l’ALENA en particulier sur l’agriculture mexicaine (dépendance aux importations américaines, paupérisation des agriculteurs...).


1 Retrouvez l’intégralité de l’article en suivant ce lien
http://billmoyers.com/story/getting-the-nafta-we-need/
2 « Le futur de la politique commerciale nord-américaine : les leçons de l’ALENA »
http://www.bu.edu/pardee/files/2009/11/Pardee-Report-NAFTA.pdf



Haut de page
Paris, le vendredi 17 novembre 2017