Mouvement pour une Organisation Mondiale de l'Agriculture
momagri est un think tank présidé par Christian Pèes,  qui rassemble des responsables du monde agricole
et des personnalités d’horizons extérieurs (santé, développement, stratégie et défense,…).
Son objectif est de promouvoir une régulation des marchés agricoles en créant de nouveaux outils d’évaluation
(modèle économique, indicateurs,…) et en formulant des propositions pour une politique
agricole et alimentaire internationale.
Articles

Le rapporteur du Comité des Régions estime que les propositions de la Commission ne sont pas en mesure de solutionner la crise laitière



Comité des Régions de l’Union européenne (CdR)



Des précisions étaient attendues le 15 septembre à Luxembourg lors du Conseil des ministres européens de l'Agriculture sur le dispositif d'aides proposé pour soutenir l'élevage européen. Mais une fois de plus les mesures envisagées déçoivent. Christian Pèes, président de la Cogeca, regrette ainsi que le paquet comprenne « très peu de mesures destinées à contribuer à la gestion du marché ainsi qu'à faire face à la volatilité croissante et aux problèmes à court terme ». 420 millions d'euros ont ainsi été entérinés par Bruxelles pour des aides directes aux agriculteurs et 80 millions d’euros pour les aides de marché.

Comme pour les propositions avancées le 7 septembre par la Commission européenne, ces mesures ne permettront pas de sécuriser et de stabiliser les revenus des producteurs. La Commission européenne, a une fois de plus réagi trop tardivement et insuffisament au vu de la gravité de la crise qui s’est installée en Europe. Dans un récent communiqué de presse du Comité des Régions de l’Union européenne, que nous reproduisons ici
1, René Souchon regrette cet attentisme et cet aveuglement de la Commission qui n’a pas su apporter de réponses « aux problèmes structurels du secteur laitier dérèglementé ».

Un constat que rejoint Momagri. Devant l’inanité des actions de la Commission, il n’est plus que jamais urgent d’initier un nouveau cap stratégique, si l’on ne souhaite pas voir la PAC sombrer et emporter par une crise aujourd’hui difficillement maîtrisable sans mesures adaptées.


La rédaction de momagri



René Souchon, rapporteur du Comité des régions sur le secteur laitier et président de la Région Auvergne (PSE/France), regrette que la Commission ait attendu que la situation laitière se dégrade jusqu'à un point intenable pour les producteurs pour annoncer des mesures de crise – pour partie préexistantes - qui n'apporteront pas de réponses aux problèmes structurels du secteur laitier dérèglementé.

Dans son avis sur l'avenir du secteur laitier, le Comité des Régions avait dès le mois d'avril 2015 mis en garde les instances européennes sur la dégradation du marché des produits laitiers alors que la Commission européenne persistait à dire que la situation du marché du lait était favorable, à court et moyen terme, et que la sortie des quotas allait bien se dérouler. Le Comité des Régions demandait alors à la Commission de mettre en place des mesures de sécurisation du revenu des producteurs et en particulier d'examiner la proposition de programme de "responsabilisation des marchés" avancée par le "European Milk Board" et destinée à être appliquée lorsque le marché du lait est menacé de déséquilibres.

Or, selon René Souchon, la Commission ne semble pas encore avoir complètement pris la mesure du problème puisqu'elle ne propose qu'une aide ponctuelle qui ne réglera pas la situation sur le moyen et long terme. Il en appelle dès lors aux ministres de l'agriculture de l'Union Européenne de faire pression sur la Commission lors de la réunion du Conseil agriculture du 15 septembre pour que les mesures d'urgence soient complétées par un train de mesures plus structurelles.

Pour rappel, le CdR avait pour sa part émis les recommandations suivantes :
  • rehausser le niveau du filet de sécurité, pour une durée limitée et pour faire face à la crise imminente, en attendant la mise en place d’un autre dispositif.
  • renforcer le rôle des organisations de producteurs afin qu'elles jouent un rôle économique clair dans la gestion des prix et dans la gestion de l'offre ; améliorer l’efficacité de la contractualisation en élargissant le dispositif à toute la filière, incluant notamment la grande distribution.
  • améliorer le fonctionnement de l'Observatoire européen du lait (European Milk Market Observatory) et mettre en place les moyens nécessaires pour que cet observatoire puisse devenir un véritable outil de pilotage et non pas seulement d’observation a posteriori. Pour cela, il est essentiel que l’observatoire produise des données en temps réel et à une échelle plus fine que celle des Etats membres, pour prendre en compte la diversité des situations entre les régions européennes.
  • prendre d’urgence des mesures de sécurisation des revenus de tous les producteurs laitiers en s’inspirant en particulier des propositions du "European Milk Board".

1 Retrouvez l’intégralité du communiqué de presse sur le site internet du CdR en suivant ce lien
http://cor.europa.eu/fr/news/Pages/cor-ec-emergency-package-wont-resolve-milk-crisis.aspx



Haut de page
Paris, le samedi 18 novembre 2017