Mouvement pour une Organisation Mondiale de l'Agriculture
momagri est un think tank présidé par Christian Pèes,  qui rassemble des responsables du monde agricole
et des personnalités d’horizons extérieurs (santé, développement, stratégie et défense,…).
Son objectif est de promouvoir une régulation des marchés agricoles en créant de nouveaux outils d’évaluation
(modèle économique, indicateurs,…) et en formulant des propositions pour une politique
agricole et alimentaire internationale.
Articles

Le PAM renforce la sécurité alimentaire en connectant les petits exploitants agricoles aux marchés mondiaux



Programme Alimentaire Mondial (PAM) des Nations Unies



La moitié des 795 millions de personnes souffrant de la faim dans le monde sont des petits agriculteurs familiaux. Il est à ce titre indispensable, dans un contexte de pression démographique, d’y augmenter la production alimentaire et d’y assurer des revenus convenables aux agriculteurs au sein des pays en développement. Comment alors initier une stratégie d’inclusion aux marchés agricoles mondiaux des petits exploitants de PED, acteurs essentiels dans la chaîne de valeur de la sécurité alimentaire mondiale ?

Pour répondre à cet enjeu, le Programme Alimentaire Mondial a annoncé, lors du Forum économique mondial de Davos, la conclusion d’un accord basé sur un consortium public/privé. Ainsi que le précise le communiqué de presse que nous reproduisons ci-après
1, cet accord met en place la « Patient Procurement Platform (PPP) », une plateforme qui permettra aux agriculteurs de « planter, récolter et de vendre des cultures de haute qualité afin d’augmenter leur revenu et renforcer leur sécurité alimentaire ». Le but sera alors de passer d’une agriculture de substistance à une production agricole axée sur le marché.

Pourtant, si les partenariats public/ privé ont un rôle à jouer pour atteindre l’objectif mondial de « Faim Zéro » d’ici à 2030, ils risquent forts d’échouer si n’est pas réhabilitée l’idée que ces paysans ont aussi besoin de se protéger de l’hypervolatilité des marchés agricoles internationaux et qu’à ce titre ils continueront d’être victimes de l’incapacité de la communauté internationale à construire une nouvelle gouvernance mondiale de l’agriculture.


La rédaction de momagri



En coopération avec un consortium formé d’organisations publiques et privés majeures, la « Patient Procurement Platform (PPP) » permettra aux agriculteurs de planter, récolter et de vendre des cultures de haute qualité afin d’augmenter leur revenu et renforcer leur sécurité alimentaire. La plate-forme fournira aux agriculteurs un accès non seulement à des semences de qualité et à d’autres intrants agricoles, mais aussi à des services d’assurance et de financement et à des marchés prévisibles.

Parmi les membres du consortium ayant signé ce protocole d’entente aujourd’hui à Davos : AGRA, Bayer, GrowAfrica, le PAM, Rabobank, la Société financière internationale, Syngenta et Yara International. Le consortium comprend également des membres locaux de toute la chaîne de valeur agricole, dont des acheteurs de matières premières, dans les 25 pays où il opérera.

« La moitié des 795 millions de personnes souffrant de la faim dans le monde sont des petits agriculteurs familiaux, » a déclaré Ertharin Cousin, Directrice exécutive du PAM, à Davos. « Cette plate-forme permettra à certains des agriculteurs les plus marginalisés d’accéder à des marchés fiables pour la première fois. Cela aura un impact profond sur la sécurité alimentaire et nous rapprochera de notre objectif d’un monde de Faim Zéro. »

Grâce au soutien du consortium, plus d’un million d’agriculteurs parmi les plus pauvres du monde dans 25 pays seront capables de réorienter leurs activités d’une agriculture de subsistance à une production agricole axée sur le marché. Cette transition s’effectuera en facilitant la convention de contrats équitables de culture avant que la plantation ne commence, par l’acquisition d’intrants agricoles afin d’accroître les rendements, ainsi que via d’autres formes de soutien, tels que des formations dirigées par les membres du consortium et d’autres fournisseurs.

La plate-forme a été lancée à la fin de l’année dernière et opère désormais dans trois marchés africains. Au Rwanda, 20 000 agriculteurs ont obtenu des contrats pour vendre un total cumulé de 8 000 tonnes de maïs à un acheteur local. En Tanzanie, six acheteurs locaux et régionaux se sont associés au PAM pour acheter 38 000 tonnes de maïs et 5 000 tonnes de pois cajan auprès de 30 000 agriculteurs. Ces agriculteurs ont désormais accès à des services de prêts dans les banques locales membres du consortium, ce qui leur permet d’accroitre leur production. En Zambie, trois acheteurs régionaux se sont engagés avec le PAM à acheter 17 000 tonnes de 5 cultures de base auprès de petits agriclteurs familiaux.

« Grâce à cette plate-forme, des milliers d’agriculteurs dans ces trois pays sont déjà dans une meilleure situation durant cette saison de plantation, en comparaison à la précédente. Désormais, ils peuvent accroitre leur production pour gagner un revenu plus stable, sachant qu’ils ont un acheteur fiable et engagé pour leur succès à long-terme, » a ajouté Cousin.

Cette plate-forme repose sur les précédents travaux du PAM à travers le programme « Achats au service du progrès (P4P) », qui invite les petits exploitants agricoles à inclure le secteur privé, qui fournit une demande supplémentaire, des financements et des intrants agricoles nécessaires pour accroire les efforts et avoir un impact plus important. La participation d’acheteurs engagés et patients est la clé du succès de la plate-forme, puisque les contrats à long-terme établis avant la plantation diminuent les risques et permettent aux agriculteurs d’accéder aux ressources nécessaires pour augmenter leur production.

L’augmentation de la production alimentaire et des revenus est essentielle pour bâtir la résilience et la sécurité alimentaire. Le secteur privé a un rôle majeur à jouer pour atteindre l’objectif mondial de « Faim Zéro » d’ici à 2030. Au cours des trois prochaines années, cette plate-forme vise à engager 1,5 millions d’agriculteurs dans 25 pays à travers des contrats correspondant à une valeur cumulée de 750 millions de dollars via un large éventail d’acheteurs locaux, régionaux et internationaux.


1 Retrouvez l’intégralité du communiqué de presse en suivant ce lien
http://fr.wfp.org/nouvelles/nouvelles-release/le-pam-renforce-la-securite-alimentaire(...)



Haut de page
Paris, le lundi 25 septembre 2017