Mouvement pour une Organisation Mondiale de l'Agriculture
momagri est un think tank présidé par Christian Pèes,  qui rassemble des responsables du monde agricole
et des personnalités d’horizons extérieurs (santé, développement, stratégie et défense,…).
Son objectif est de promouvoir une régulation des marchés agricoles en créant de nouveaux outils d’évaluation
(modèle économique, indicateurs,…) et en formulant des propositions pour une politique
agricole et alimentaire internationale.
Articles

Le Directeur général de la FAO invite l’Europe à participer
à l’Année internationale de l’agriculture familiale



FAO



L’Organisation des Nations unies (ONU) a placé l’année 2014 sous le signe de l’agriculture familiale. La FAO reconnaît ainsi que plus de 400 millions d'exploitations familiales, dans les pays développés et les pays en développement, comptent principalement sur les membres de la famille pour la main-d'œuvre et la gestion. Le rôle de l’agriculture familiale dans l’éradication de la faim est essentiel, alors qu’elle compte notamment pour 80% des exploitations dans les PED. L’Union européenne compte quant à elle 12 millions d’exploitations agricoles familiales. Pour Dacian Ciolos, elles font partie de la solution pour une agriculture compétitive et durable.

Nous vous recommandons la lecture de ce texte de la FAO, que nous reproduisons ici1. Son Directeur général, José Graziano da Silva, lors d’une récente conférence à Bruxelles le 29 novembre dernier, y salue l’engagement de l’Union européenne dans la promotion de l’Agriculture familiale et l’invite à partager sa « riche tradition » et sa « précieuse expérience ». Le COPA-COGECA n’a pas attendu cette déclaration de la FAO pour rappeler le rôle crucial de l’agriculture familiale plus que jamais nécessaire « dans un monde toujours plus marqué par l’incertitude, la volatilité du marché et la demande alimentaire mondiale croissante ».

La nouvelle Politique Agricole Commune saura-t-elle préserver cette agriculture familiale européenne érigée en modèle par la FAO ? Car à se pencher de plus près sur les modalités de cette nouvelle réforme, le risque est grand de voir l’agriculture familiale faire place à une agriculture financiarisée. Ainsi les résultats de cette politique seraient plutôt mauvais s’agissant de la protection des exploitations agricoles familiales et le maintien d’un niveau de vie correct pour les agriculteurs.


La rédaction de momagri






« L'Europe devrait faire part au monde entier de sa riche tradition et de sa précieuse expérience »

Le Directeur général de la FAO, José Graziano da Silva, a salué l'engagement de l'Union européenne envers l'Année internationale de l'agriculture familiale.

Lors de son intervention au cours de la conférence L'agriculture familiale: un dialogue vers une agriculture plus durable et résiliente en Europe et dans le monde à Bruxelles, Graziano da Silva a souligné que « l'Année internationale de l'agriculture familiale représentait une grande opportunité pour l'Europe de partager sa riche tradition et sa précieuse expérience en matière d'agriculture familiale».

Selon M. da Silva, «contrairement aux exploitations agricoles à grande échelle, l'agriculture familiale couvre une grande variété d'activités agricoles qui contribuent à la préservation des ressources naturelles. Au fil des générations, l'agriculture familiale a préservé et perfectionné de nombreuses pratiques et technologies favorables à une agriculture durable».

D'après le directeur général de la FAO, une mauvaise conception de l'agriculture familiale aurait empêché les pays en développement de contribuer davantage à l'éradication de la faim et à la protection de l'environnement au niveau mondial.

«Il n'y a pas si longtemps, l'agriculture familiale était souvent considérée comme objet de politiques sociales et non comme secteur de production, elle faisait partie du problème de la faim dans le monde. L'Année internationale de l'agriculture familiale devrait nous aider à changer cette mentalité», précise M. Graziano da Silva.

«Lorsque je parle d'agriculteurs, je fais allusion aux petits et moyens exploitants agricoles, comme c'est le cas en Europe, aux paysans, aux populations autochtones, aux communautés traditionnelles, aux pêcheurs, aux éleveurs, aux collecteurs, ainsi qu'à de nombreux autres groupes», a-t-il ajouté.

M. Gerd Sonnleitner, président de l'association des agriculteurs européens, d'origine allemande, sera ambassadeur spécial pour l'Année internationale de l'agriculture familiale.

L'Année internationale de l'agriculture familiale reconnaît que plus de 400 millions d'exploitations familiales, dans les pays développés et les pays en développement, comptent principalement sur les membres de la famille pour la main-d'œuvre et la gestion.

Ces exploitations familiales produisent suffisamment de nourriture pour des milliards de personnes. Dans de nombreux pays en développement les exploitations familiales représentent en moyenne 80 % des exploitations agricoles.


1 Retrouvez l’intégralité du texte de la FAO en suivant ce lien http://www.fao.org/news/story/fr/item/209056/icode/
Haut de page
Paris, le samedi 23 septembre 2017