Mouvement pour une Organisation Mondiale de l'Agriculture
momagri est un think tank présidé par Christian Pèes,  qui rassemble des responsables du monde agricole
et des personnalités d’horizons extérieurs (santé, développement, stratégie et défense,…).
Son objectif est de promouvoir une régulation des marchés agricoles en créant de nouveaux outils d’évaluation
(modèle économique, indicateurs,…) et en formulant des propositions pour une politique
agricole et alimentaire internationale.
Articles

La France collabore avec la FAO pour l’aider à atteindre
ses objectifs stratégiques



FAO



La France a toujours joué un rôle éminent au sein des institutions internationales. Aujourd’hui encore, la lutte contre l’insécurité alimentaire et la préservation de l’Agriculture constituent l’une des priorités stratégiques de la France sur la scène internationale. Dernièrement, la FAO et le France, par l’intermédiaire des instituts publics du CIRAD et d’Agreenium, ont engagé un partenariat en matière de science agro-alimentaire et de technologie, en vue de contribuer à la réalisation des Objectifs stratégiques de la FAO
1.

L’innovation et la recherche touchent de près l’avenir de la sécurité alimentaire d’une population mondiale qui d’ici 2050 aura dépassé les 9 milliards d’individus. Sans une amélioration significative de la productivité et des rendements, sans l’innovation agricole et enfin sans régulation des marchés agricoles mondiaux, la production agricole ne pourra pas augmenter de 70% d’ici 2050, objectif que l’ONU considère comme primordial pour garantir la sécurité alimentaire mondiale.

Cette nouvelle coopération stratégique entre la France et la FAO ne pourra par ailleurs pleinement se réaliser sans un renforcement de la gouvernance mondiale, au travers notamment d’une meilleure coordination des politiques menées par différents Etats du monde en la matière, un plus grand partage de l’information et une meilleure transparence à l’échelle internationale. Toutefois, il ne s’agit là que d’une condition nécessaire et en aucun cas suffisante. Des outils d’évaluation et de suivi concrets doivent être élaborés de manière à pouvoir apprécier l’efficacité des politiques menées en matière de lutte contre l’insécurité alimentaire au niveau local mais également international, de même que leurs impacts sur l’efficience économique, au niveau national et mondial.


La rédaction de momagri






La FAO et la France vont intensifier leur coopération dans des domaines de recherche clés et aligner leurs travaux sur le cadre stratégique renouvelé de la FAO. Deux accords signés aujourd'hui couvrent un large spectre d'activités conjointes sur l'agro-écologie, la biodiversité, la santé animale, les pertes alimentaires et les réformes agraires, ce qui contribuera à la réalisation des Objectifs stratégiques de la FAO.

Le Directeur général de la FAO, José Graziano da Silva, la Présidente d'Agreenium, Marion Guillou, et le Directeur général du Centre de coopération internationale en recherche agronomique pour le développement (CIRAD), Michel Eddi, ont signé les accords lors de la visite d'une délégation française de haut niveau au Siège de la FAO.

Les accords visent à renforcer et à développer une approche plus coordonnée entre la communauté française en matière de science agro-alimentaire et de technologie et la FAO.

«Aujourd'hui, nous constatons ce que peut réaliser un partenariat solide: aligner des efforts communs sur des objectifs communs. La FAO est très heureuse de coopérer avec l'État français pour faire avancer les travaux dans des domaines scientifiques clés, ce qui est d'une importance cruciale pour la sécurité alimentaire et la réalisation de nos objectifs stratégiques», a déclaré Graziano da Silva lors de la cérémonie de signature.

Agreenium, créé sous la forme d'un établissement public de coopération scientifique, regroupe les principaux acteurs français de la recherche et de la formation supérieure dans les domaines de l'agriculture, de l'alimentation, de la santé animale et de l'environnement. Il compte parmi ses membres l'Institut national de la recherche agronomique (INRA), Agrocampus Ouest, AgroParisTech, Montpellier SupAgro, l'Institut national polytechnique de Toulouse, AgroSup Dijon et Bordeaux Sciences Agro.

Le CIRAD, membre fondateur d'Agreenium, contribue au développement rural par le biais de la recherche et d'initiatives expérimentales, principalement dans les domaines de l'agriculture, de la foresterie et de l'alimentation. Le CIRAD a un réseau mondial de partenaires et douze bureaux régionaux dans le monde à partir desquels il mène, dans plus de 90 pays, des opérations conjointes sur six axes prioritaires de recherche: intensification écologique; biomasse; santé animale, accès à la nourriture; politiques publiques; environnement agricole et sociétés.

«Agreenium est une plateforme qui va faciliter, pour la FAO, la coopération avec les instituts de recherche que sont l'INRA et le CIRAD - et, élément nouveau, l'enseignement supérieur en agrosciences. L'enjeu est d'être encore plus efficace au service de la sécurité alimentaire et de la nutrition», a souligné Mme Guillou.


L'engagement de la France contre la faim et la malnutrition

Les institutions françaises ont approché la FAO afin de développer une collaboration concertée conforme au nouveau cadre stratégique de la FAO. En outre, la France souhaite aider la FAO à atteindre ses objectifs stratégiques à travers la recherche et son réseau mondial de partenaires.

Par cette initiative forte, la France s'engage vis-à-vis de la FAO et de l'éradication de la faim et de la malnutrition.

Selon les termes de l'accord, la FAO, Agreenium et le CIRAD mettent en commun leurs connaissances, conduisent des études collaboratives conjointes et coordonnent leur participation à diverses initiatives mondiales telles que la Plateforme pour l'agriculture tropicale du G20, l'Initiative Save Food, l'Observatoire des agricultures du monde, ainsi que des publications conjointes dans des revues scientifiques ou généralistes.

L'Accord prévoit des échanges mutuels de personnel entre les deux institutions et la FAO, au siège ou sur le terrain, pour des missions ou des formations de courte durée. Du personnel d'Agreenium et du CIRAD pourrait être détaché auprès de la FAO pour superviser et former ses équipes dans le cadre de ses projets de terrain ou autres activités.

La collaboration entre la FAO, Agreenium et le CIRAD prévoit aussi la promotion de réunions, de séminaires, de conférences, de consultations d'experts et d'événements.

Ces accords s'inscrivent dans un accord-cadre plus général entre la FAO et la France; signé en 2012, ledit accord renforce la coopération scientifique et technique entre universités et institutions de recherche françaises d'une part, et la FAO d'autre part.


1 Retrouvez l’intégralité de l’article sur le site de la FAO http://www.fao.org//partnerships/news-article/fr/c/213674/
Haut de page
Paris, le jeudi 23 novembre 2017