Mouvement pour une Organisation Mondiale de l'Agriculture
momagri est un think tank présidé par Christian Pèes,  qui rassemble des responsables du monde agricole
et des personnalités d’horizons extérieurs (santé, développement, stratégie et défense,…).
Son objectif est de promouvoir une régulation des marchés agricoles en créant de nouveaux outils d’évaluation
(modèle économique, indicateurs,…) et en formulant des propositions pour une politique
agricole et alimentaire internationale.
Articles

Terre-net
  Article  
 

FIN DES QUOTAS BETTERAVIERS EN 2017
Jean-Paul Vuilliot : « Des contrats oui, mais à quel prix ? »



Arnaud Carpon, Terre-net Média


Article paru dans Terre-net Média



Les quotas sucre disparaîtront le 1er octobre 2017. Les betteraviers français devront s’adapter à un marché libéralisé, concurrentiel et volatil. S’ils restent optimistes, la question des prix est dans tous les esprits. Producteur axonais syndiqué à la Coordination rurale, Jean-Paul Vuilliot redoute une moindre rentabilité de la culture dans les années qui viennent. Témoignage.

Je crains un peu l’échéance de 2017, année de la suppression des quotas betteraviers. Les sucreries disent qu’elles vont pouvoir exporter davantage. Or qui dit produire plus, dit rationaliser et concentrer les installations. La zone de production nationale pourrait se resserrer encore, d’où un risque accru de maladies et de pertes de rendement.

Sur le plan agronomique, je conduis mes betteraves en Tcs pour abîmer le sol le moins possible. Mais les arracheuses sont de plus en plus imposantes. Nos blés semés après betteraves ont souvent des rendements plus faibles, ce qui réduit un peu plus la rentabilité de l’exploitation. J’ai un quota betteravier de 1.700 t et environ 500 t sous contrat industriel pour l’éthanol ou l’alcool. Ma production est livrée chez Tereos à Origny-Sainte-Benoîte.


« IL FAUDRAIT DES CONTRATS D’AU MOINS CINQ ANS »

Je n’ai pas encore eu d’informations sur ce qui va se passer après 2017. Je suppose que la coopérative va transformer le quota en contrats, d’un an seulement j’ai bien peur. Pourtant, nous aurons besoin de visibilité pour anticiper nos assolements. Il faudrait des contrats d’au moins cinq ans, renouvelables l’année précédant leur terme. Mes coûts de production sont de 27 €/t environ. Malgré la récente chute des prix, la tonne m’est payée un peu plus de 30 €.

Quid de l’évolution du prix des betteraves après l’arrêt des quotas ? Le prix de base sera-t-il revu à la baisse ? Côté charges, les betteraves vont nous coûter de plus en plus cher. Les nouvelles règles environnementales, notamment la réduction des phytos, vont nous obliger à acheter des produits de traitement beaucoup plus onéreux. La rentabilité par tonne sera moindre. »


Terre-net
Haut de page
Paris, le samedi 18 novembre 2017