Mouvement pour une Organisation Mondiale de l'Agriculture
momagri est un think tank présidé par Pierre Pagesse,  qui rassemble des responsables du monde agricole
et des personnalités d’horizons extérieurs (santé, développement, stratégie et défense,…).
Son objectif est de promouvoir une régulation des marchés agricoles en créant de nouveaux outils d’évaluation
(modèle économique, indicateurs,…) et en formulant des propositions pour une politique
agricole et alimentaire internationale.
Articles

Compte rendu des entretiens relatifs au déplacement de momagri à Washington D.C.

30 avril 2007

Lors de son déplacement à Washington D.C., la délégation du MOMA a rencontré de nombreuses personnalités appartenant à différents milieux : syndicats agricoles, ONG et Think Tanks, économistes, staffers du Congrès et du Sénat …
Voici un résumé des différents entretiens que nous avons menés qui démontre l’intérêt qu’a suscité notre démarche auprès de nos interlocuteurs américains, ainsi que la convergence de nos points du vue pour un sujet stratégique comme l’Agriculture.


1. The Carnegie Endowment for International Peace

Le Carnegie Endowment for International Peace est un think tank américain de premier plan, qui est considéré aujourd’hui comme l’un des plus importants lieux d’influence dans les domaines agricoles et du développement. Il s’agit d’ailleurs du think tank qui a présenté, l’an dernier dans toutes les capitales économiques du monde, le modèle Carnegie, adopté par les responsables politiques lors des négociations de Doha au printemps 2006.

Ce rendez-vous a été très fructueux : le Carnegie Endowment for International Peace partage la vision qui nous anime, et considère également qu’il est urgent de disposer d’instruments de pilotage des marchés agricoles internationaux, comme le modèle NRA et l’agence de notation.

C’est d’ailleurs au sein du Carnegie Endowment for International Peace que nous avons décidé de tenir notre conférence à Washington D.C. le 25 Juin prochain, ce qui nous conduit à envisager également l’établissement de relations de travail durables.

2. Le Sénat américain

Notre rencontre avec Stephanie Mercier, chef économiste au sein du parti démocrate du département Agriculture, Nutrition et Forêt, s’est révelée d’un grand intérêt. En plus d’adhérer à la philosophie du MOMA, et aux principes de construction qui sous-tendent le modèle NRA, elle a souligné à plusieurs reprises l’utilité pour les négociateurs politiques de disposer d’un tel modèle.

Elle a plus particulièrement salué le fait que le modèle NRA modéliserait la volatilité des prix, aurait une approche dynamique et non statique comme la plupart des modèles actuels, et segmenterait les consommateurs en riches et pauvres afin d’étudier l’impact de la libéralisation des marchés agricoles sur la pauvreté.

3. The International Food Policy Research Institute (IFPRI)

L’IFPRI est l’un des centres de recherche les plus compétents et influents du monde. La rencontre avec l’IFPRI a été d’une grande richesse : Elle a ainsi été marquée par une convergence des points de vue, tant sur le constat de l’agriculture mondiale, que sur la nécessité de disposer d’un modèle économique de prévision beaucoup plus fiable. Sur ce point, l’IFPRI, qui travaille sur de nombreux modèles économiques, a souligné l’originalité et la pertinence de l’approche que nous avons retenue pour construire le modèle NRA. L’éventualité d’une collaboration entre nos deux organisations a été évoquée.

4. The Center for Global Development

Le Center for Global Development est un think tank américain qui a pour objectif de mieux comprendre l’impact des politiques des pays riches sur les pays pauvres et de trouver des réponses adaptées aux défis posés par le développement. En cinq ans, ce centre est devenu très influent grâce, notamment, à la création d’un indicateur, le « Commitment to Development Index », qui note les différents pays riches sur les résultats de leurs actions en faveur des pays les plus pauvres.

Le Center for Global Development a apprécié les travaux et les objectifs MOMA, et notamment les deux instruments qu’il construit : le modèle NRA et l’agence NRA. Il a également évoqué le souhait de travailler avec nous sur la problématique des effets de la libéralisation du commerce et du développement.

5. The Cato Institute

Le Cato Institute est l’un des think tanks les plus libéraux et influents du monde car il mène les réflexions qui alimentent l’ensemble de la pensée économique libérale des institutions internationales, OMC en tête. Le rendez-vous a été marqué par une convergence de points de vue sur de nombreux thèmes, et principalement sur celui d’améliorer l’information existante sur les marchés agricoles et leurs enjeux, aussi bien du point de vue quantitatif que qualitatif.

Le Cato Institute a démontré un réel intérêt pour le modèle NRA et l’agence de notation que nous construisons, parce qu’il y a, selon lui :

> un véritable déficit d’information sur les marchés agricoles et sur les enjeux qui leur sont liés, en termes d’environnement, de développement … . A noter, que le Cato Institute était tout à fait au courant du fait que l’OMC n’avait plus de statistiques depuis 5 ans en provenance des Etats membres !

> un besoin urgent d’évaluer la pertinence des politiques et stratégies menées notamment par les grandes organisations internationales (FAO, Banque mondiale).

6. The National Farmers Union

Le National Farmers Union est le syndicat minoritaire des agriculteurs américains. S’il compte moins de membres (250 000 répartis sur 32 Etats) que le syndicat majoritaire American Farm Bureau Federation, il dispose d’un réseau non négligeable et d’une proximité réelle avec des acteurs majeurs aux Etats-Unis, tels que les congressmen.

Ce rendez-vous a été très fructueux puisque la NFU a partagé la vision du MOMA, tant sur la nécessité d’une régulation des marchés agricoles internationaux pour parvenir à une libre échange équitable, que sur l’urgence de disposer d’instruments de pilotage tels que le modèle NRA et l’Agence de notation, pour lesquels ils ont marqué un intérêt manifeste.

7. The Bipartisan Policy Center

Le BPC est un think tank américain qui a été créé en mars dernier par quatre anciens sénateurs, républicains et démocrates, Howard Baker, Tom Daschle, Bob Dole et George Mitchell. Il a pour objectif de faire avancer le dialogue sur des questions de politique interne américaine, telles que l’énergie, l’agriculture, les problèmes de sécurité nationale, la compétitivité économique, l’éducation, l’environnement … .

Le BPC a totalement adhéré au constat du MOMA sur la « non durabilité » du Farm Bill en l’état actuel, et il a également partagé la philosophie qui sous-tend notre action. Il a ainsi reconnu que la majorité des farmers américains, tout comme les agriculteurs européens, doutent des bienfaits d’un accord tel qu’il est envisagé dans le cadre de Doha et, qu’il serait envisageable d’initier une coopération conforme à la vision du MOMA, entre les Etats-Unis et l’Europe.

8. The International Food and Agricultural Trade Policy (IPC)

L’IPC est une ONG dont la mission est centrée sur les négociations commerciales agricoles, les politiques nationales (biocarburants), et les progrès technologiques et les normes (environnementales, sanitaires, …). L’IPC a bien noté la portée de l’action que nous menons, et notamment la pertinence des instruments que nous développons : le modèle NRA et l’Agence de notation. De même, si l’IPC considère que le libre échange reste le meilleur moyen pour améliorer le sort des pays pauvres, il est conscient des limites d’une telle stratégie et de la nécessité d’accompagner les politiques de développement.


Haut de page
Paris, le jeudi 23 octobre 2014