Mouvement pour une Organisation Mondiale de l'Agriculture
momagri est un think tank présidé par Christian Pèes,  qui rassemble des responsables du monde agricole
et des personnalités d’horizons extérieurs (santé, développement, stratégie et défense,…).
Son objectif est de promouvoir une régulation des marchés agricoles en créant de nouveaux outils d’évaluation
(modèle économique, indicateurs,…) et en formulant des propositions pour une politique
agricole et alimentaire internationale.
Articles

« Le Copa-Cogeca rappelle le rôle déterminant des agriculteurs
et des coopératives agricoles pour nourrir la planète »



COPA-COGECA



La cérémonie de clôture de l’année de l’agriculture familiale s’est déroulée le 27 novembre à Manille. Fonctionnaires, représentants de réseaux internationaux d'exploitations agricoles familiales, de coopératives, du secteur privé, d'universités et d'agences des Nations Unies se sont réunis pour dresser un bilan des initiatives entreprises et des progrès réalisés.

A l’occasion de cette cérémonie, la FAO a lancé la publication de l’ouvrage « deep roots », à laquelle a participé le COPA-COGECA. L’organisation a ainsi saisi l’occasion pour rappeler l’importance des coopératives, tant dans les PED qu’au sein des pays industrialisés. Une importance qu’elle détaille dans un récent communiqué de presse que nous reproduisons ici
1.

Les coopératives agricoles et agro-alimentaires représentent en effet près de 40 % de toutes les coopératives de la planète. Et parmi les coopératives ayant un Chiffre d’Affaires supérieur à 100 millions USD, la France arrive seconde derrière les Etats-Unis avec 377,3 Milliards de dollars de Chiffre d’Affaires cumulé.

Le dernier Sommet des Coopératives à Québec a été l’occasion de rappeler que ces structures ont pu prouver leur efficacité en déployant des stratégies à même de lutter efficacement contre l’instabilité intrinsèque des marchés. Par ailleurs, alors que « le système de gouvernance n'évolue pas assez vite: la société civile et les coopératives ont un rôle à jouer », a soulevé Hafez Ghanem à cette occasion, ancien sous-directeur Général de la FAO chargé du développement économique et social. Dans un monde de plus en plus globalisé et financiarisé, s’unir pour produire et pour se développer fait donc sens, non seulement pour l’agriculteur mais aussi pour le consommateur.

Pourtant, il manque aux coopératives un nouveau mode d’influence : l’internationalisation de leur réseau afin d’agir sur la gouvernance mondiale. Un appel a été lancé en ce sens à Québec par Pierre Pagesse, Président de Momagri, et soutenu par Denis Richard, Président de la Coop Fédérée. Il faut en effet que les coopératives pèsent davantage dans le débat international en apportant des solutions concrètes pour résoudre les enjeux de la sécurité alimentaire et mettre en œuvre une régulation efficace.


La rédaction de momagri



Dans la publication de la FAO lancée à l'occasion de la cérémonie de clôture de l'Année internationale de l'agriculture familiale, le Copa-Cogeca rappelle le rôle déterminant des agriculteurs et des coopératives agricoles pour nourrir la planète.

Dans la publication lancée aujourd'hui par la FAO à l'occasion de la cérémonie de clôture de l'Année internationale de l'agriculture familiale en 2014, le Copa-Cogeca a souligné que les agriculteurs et les coopératives agricoles contribuaient à nourrir la planète, à créer des emplois, à stimuler la croissance économique et à protéger l'environnement. Le Copa-Cogeca y expose également quelles sont les actions qui doivent être menées pour que les agriculteurs et les coopératives puissent développer pleinement leur potentiel.

Cette publication, intitulée « Deep roots », contient des contributions de gouvernements, de l'Ambassadeur de la FAO pour l'Année internationale de l'agriculture familiale, Gerd Sonnleitner et d'organisations agricoles des quatre coins de la planète et bénéficiera d'une diffusion internationale. Le Secrétaire général du Copa-Cogeca, Pekka Pesonen, lui-même issu d'une exploitation familiale, a déclaré: « Je me réjouis de voir que Jose Graziano da Silva, le Secrétaire général de la FAO a écrit dans cette publication que les exploitations familiales jouent un rôle essentiel dans la lutte contre la faim et la pauvreté et dans la préservation des ressources naturelles. Nous avons besoin d'une agriculture dynamique, moderne et résistante qui assure aux exploitations familiales et aux coopératives agricoles un avenir viable et qui soit garante de la sécurité alimentaire pour des millions de personnes dans le monde entier. Cela est d'autant plus important que la demande alimentaire mondiale devrait augmenter de 60% d'ici à 2050 et que 842 millions de personnes continuent de souffrir de faim chronique dans le monde ».

M. Pesonen a ensuite présenté certains faits qui lui semblent décisifs: « Les agriculteurs ne perçoivent en moyenne que 8% du prix du pain payé par le consommateur. Les exploitations familiales doivent donc pouvoir tirer plus de revenus du marché. Nous estimons que les coopératives agricoles peuvent les aider à relever ces défis et à améliorer leur positionnement sur le marché. Elles permettent aux agriculteurs d'unir leur force pour commercialiser leurs produits et leur apporter une plus grande valeur ajoutée afin d'obtenir de meilleures recettes.

Une étude récente de la Commission européenne a démontré que dans les pays européens où les coopératives ont des parts de marché plus élevées dans le secteur laitier, les agriculteurs obtiennent des prix plus élevées (de 10 à 15%) que dans les pays dans lesquels les coopératives laitières ont des parts de marché moins importantes ».

Afin d'assurer le renouvellement générationnel, les exploitations familiales, quelle que soit leur forme et leur taille, doivent être économiquement viables et rentables. Le Copa-Cogeca demande donc aux Chefs d'Etat et de gouvernement de faire des exploitations familiales une priorité dans leurs agendas, de veiller à leur fournir des outils efficaces et de lever les barrières commerciales.

Les États membres doivent notamment veiller:
    • à garantir aux exploitations familiales l'accès aux terres et aux ressources naturelles;
    • au renforcement des investissements dans le secteur ainsi que de la recherche et de l'innovation, avec un transfert des connaissances vers les agriculteurs afin d'encourager le recours aux solutions innovantes ;
    • à l'établissement des conditions propices pour favoriser la mise en place d'organisations de producteurs telles que les coopératives agricoles, afin que les agriculteurs puissent unir leurs forces en vue de la commercialisation de leurs produits et de leur apporter une valeur ajoutée pour obtenir de meilleures recettes et ainsi mieux faire face à l'extrême volatilité sur les marchés ;
    • à ce que les agriculteurs bénéficient d'une formation et d'une éducation appropriées ;
    • à la reconnaissance de la contribution des femmes aux exploitations familiales de par le monde ;
    • à ce que les jeunes agriculteurs reçoivent une aide afin d'être à même de faire face aux difficultés de l'installation ;
    • à ce que les pratiques déloyales et abusives de la chaîne alimentaire soient combattues afin que les agriculteurs aient de meilleures chances de tirer un revenu du marché;
    • à supprimer les obstacles non tarifaires au commerce et à trouver de nouveaux marchés et à renforcer la promotion des exportations;
    • à ce que les exploitations familiales aient accès à l'internet et à d'autres infrastructures, tout comme le reste de la société.
En conclusion, M. Pesonen a indiqué: « Le salaire des agriculteurs ne représente que la moitié du niveau moyen des revenus dans les autres secteurs en Europe. Il est donc essentiel que les exploitations familiales tirent des revenus décents de leur travail. J'espère que l'année 2014 n’aura pas été considérée uniquement comme une façon de célébrer l'Année internationale de l'agriculture familiale. Elle doit être également synonyme de changement dans certaines politiques pour que la situation s'améliore. Nous devons veiller à ce que ce processus se poursuive en 2015 et au-delà ».

Vous pourrez lire cette publication sous le lien suivant: http://digital.tudor-rose.co.uk/deep-roots/



1 Retrouvez l’intégralité du communiqué de presse en suivant ce lien http://www.copa-cogeca.eu/Main.aspx?page=Archive

Haut de page
Paris, le mardi 26 septembre 2017